La location-gérance chez Carrefour apporte son lot de mauvaises ET de bonnes nouvelles

Carrefour envisage la location-gérance pour 43 de ses magasins, 16 hypermarchés et 27 Carrefour Market.

Jonathan Le Borgne
Jonathan Le Borgne

« L'annonce est tombée », peut-on lire auprès de la communauté, « comme un coup de massue » attendu, mais dont certains préféraient reporter l'horizon. Comme en 2017, Carrefour a annoncé le passage en location-gérance de 43 de ces magasins, dont 16 hypermarchés, d'ici 2022. Une décision stratégique pour l'enseigne dont le modèle est aujourd'hui largement fragilisé. Au total, 6000 salariés sont concernés.

Pour beaucoup de salariés, la pilule est difficile à avaler et la décision inquiète : « ils nous ont annoncé cela hier et on attend maintenant de connaître le nom du repreneur », explique cette salariée déçue.

Pour faire court, la location-gérance consiste à externaliser la gestion d'un magasin, celle-ci étant confiée à un gérant indépendant. Cette solution est un moyen pour Carrefour de redresser la barre économique.

Ce passage en location-gérance amène son lot de mauvaises et de bonnes nouvelles. Si la perte des avantages pour les salariés amène souvent des départs, pour certains magasins passant sous ce modèle, l'activité observe un regain intéressant, de quoi entrevoir une éclaircie derrière l'éventualité de la « casse sociale ».

Quelles conséquences pour les salariés

Malgré les négociations syndicales pour permettre aux salariés de garder certains avantages du groupe, rares sont celles qui aboutissent. Le passage en location-gérance implique la perte de nombreux avantages historiques. « Vous perdez vos avantages Groupe. Après, tout dépend de votre nouveau gérant », nous explique ce salarié concerné en 2021 par le changement.

Parmi les avantages qui disparaissent, sont mentionnés en premier lieu : la prime d'intéressement et la prime de participation (sauf accord du gérant).

De nombreux avantages disparaissent selon les magasins. Parmi eux :

  • les tickets restaurant (pour une grande majorité des cas) ;
  • le gel, voire la fin, de la prime vacances : dans certains magasins, elle est remplacée par la « prime différentielle » ;
  • la fin du versement des autres primes liées aux performances éventuelles ;
  • les chèques vacances ;
  • la carte cadeau à Noël ;
  • la fin du maintien du salaire en cas d'arrêt maladie ;
  • les avantages du comité d'entreprise ;
  • la fin des réductions sur les achats en magasin ;
  • la fin des formations internes diverses ;

Cela entraîne aussi d'autres conséquences pour les salariés :

  • le coût de la mutuelle subit une augmentation ;
  • pour certains magasins, les salariés passent aux heures de travail modulables ;
  • la durée du congé pour maladie des enfants est raccourcie ;
  • les avantages pour les femmes salariées enceintes sont revus à la baisse ;
  • les congés payés passent de 6 à 5 semaines ;

Est gardé :

  • le 13ème mois, payé souvent en plusieurs fois.

Bien sûr, tous ces éléments cités ci-dessus dépendent des nouveaux gérants et des négociations des syndicats quand elles aboutissent.

Des points positifs pour les équipes et les magasins

Sur le papier, la perte des avantages fait grincer des dents les salariés habitués aux avantages de l'enseigne.

Mais, l'indépendance amène avec elle une influence positive pour les magasins : « le modèle encourage la polyvalence, on touche à plus de choses, on se sent moins enfermé dans une case », explique ce manager.

D'autres expliquent que le passage en location-gérance a eu des effets bénéfiques : « oui on perd en avantages, mais depuis 2018, ça n'a jamais été aussi bien que maintenant : nous avons plus de libertés dans nos actions, nous avons plus d'autonomie, plus de responsabilités ».

Constat similaire pour ce responsable qui explique que depuis un an le magasin « n'a jamais aussi bien tourné depuis le passage en location-gérance ». « Tout se passe très bien », assure un autre responsable.

La liste des magasins dont le passage en location-gérance est envisagé

Les hypermarchés concernés

Parmi les hypermarchés concernés par le passage en location-gérance, on retrouve :

Ouest :

  • Angers Saint Serge
  • Anglet
  • Portet sur Garonne
  • Rennes Alma

Nord :

  • Amiens
  • Coquelles
  • Mulhouse
  • Tourville La Rivière

Ile de France :

  • Aulnay sous Bois
  • Bercy
  • Noisy Le Grand
  • Ivry

Sud :

  • Grenoble Grand Place
  • Marseille Bonneveine
  • Marseille Grand Littoral
  • Vitrolles

Les Carrefour Market concernés

  • Puisseux Pontoise
  • Rubelles
  • Saint Germain en Laye
  • Paris Procession
  • Paris Demours
  • Saint Fons
  • Saint Quention Fallavier
  • Rive de Gier
  • Veauche
  • Saint Marcel
  • Saint Michel de Maurienne
  • Toulon Bourgeois
  • Sete
  • Meze
  • Bayonne Marracq
  • Le Mans Les Maillets
  • Vatan
  • Boussac
  • Tourcoing
  • Mirecourt
  • Bourbourg
  • Bully Les Mines
  • Ennery
  • Le Petit Quevilly
  • Rennes 3 Soleils
  • Auray de Gaulle
Enseigne

Jonathan Le Borgne Twitter

Éditeur de Je Bosse en Grande Distribution. Passionné par la transition numérique des entreprises. Consultant, formateur et stratège en communication digitale pour la grande distribution.