⚡ Des Outils, des Ressources et des Idées pour préparer le Commerce de Demain Plus d'infos

Moi, chef de rayon et « un peu l'homme à tout faire » en grande distribution

Par les temps qui courent et compte tenu de la situation de tension au sein des magasins, il y a un métier qui s'est transformé au fil des années. Ce métier, c'est celui de chef de rayon.

Jonathan Le Borgne
Jonathan Le Borgne

Le métier de chef de rayon a toujours eu la réputation d'être aussi passionnant que difficile. Pierre angulaire des supermarchés et hypermarchés, homme indispensable à la fois relai des équipes avec la direction, relai de la politique commerciale en collaboration avec les fournisseurs, ce garant du commerce endosse chaque matin le rôle d'un chef d'entreprise, à la seule différence qu'il ne gère pas son argent.

Quand on les interroge, les chefs de rayon décrivent souvent avec nostalgie ce que représentait le métier au temps où les conditions de travail étaient sans doute plus faciles et où les équipes ne changent pas du jour du lendemain : « avec le manque de personnel actuel, le métier est devenu frustrant », exprime ici ce manager pourtant passionné par son métier « qu'il ne changerait pour rien au monde ». Cette phrase pourrait résumer à elle seule le quotidien actuel des chefs de rayon.

Voici comment le métier est perçu par les chefs de rayon exerçant actuellement en magasin.

« Être chef de rayon, c'est un peu être chef d'entreprise sauf que ce n’est pas ton argent » : le rôle du chef de rayon en grande distribution

«  J'aime mon métier », s'enthousiasme ce chef de rayon, « oui il faut absorber le stress, oui la fatigue est omniprésente, oui on ne compte pas nos heures, mais c'est un job tellement passionnant  », raconte ce chef de rayon qui se décrit comme un peu « hyperactif ».

Comme lui, d'autres chefs de rayon exercent ce métier qu'ils qualifient « d'homme à tout faire », à savoir la gestion, le merchandising, le commerce et le management ». Mais au-delà de la passion, les contraintes font partie du quotidien : « toute la subtilité du métier est là. Moi j'aime mon boulot, je suis responsable bazar depuis 7 ans, dans deux hypermarchés différents. C'est vraiment un super métier, je m'y épanouis », décrit cette cheffe de rayon, « mais c'est vrai qu'on nous oblige de plus en plus à l'exercer dans des conditions très limites. C'est toute la complexité de notre métier, on l'aime, on le déteste parfois, c'est passionnant, et c'est cela qui fait que ce n'est pas si facile de le quitter ».

Même pour les plus jeunes qui n'ont pas forcément d'éléments de comparaison avec les années passées, la passion est là : « l’équipe que je me suis construite est géniale ! Dans ce métier, c'est du donnant donnant. Et j’adore négocier avec les fournisseurs ! Un bon chef ne se laisse pas abattre aussi facilement faut du mordant ! », s'exclame-t-il.

Les qualités nécessaires au métier de chef de rayon

Pour réussir à ce métier, un passage comme employé est souvent recommandé : « c'est un passage obligé pour connaître les difficultés réelles des équipes », explique ce chef de rayon, « il ne faut surtout pas prendre la mise en rayon quotidienne comme tâche ingrate au métier, sinon on ne peut pas pallier l'absence et surtout calculer les besoins réels d'heures dans les rayons. Être chef de rayon, c'est avant tout de l'humain. C'est qui lui compense pour s'assurer de la bonne marche des rayons et combler si nécessaire une absence ou aider si surplus exceptionnel de marchandises ».

« Il est clair que participer à la mise en rayon avec l'équipe est essentiel. Aujourd'hui même, je pense que c'est une des choses les plus importantes, car cela permet de se rendre compte des difficultés réelles ».

L'humain revient le plus souvent dans les qualités requises. Par humain, il faut comprendre « écouter et comprendre nos équipes pour que chacun travaille mieux travailler ensemble », résume cette manager.

À cela, il faut ajouter des qualités de gestion du stress, « de la patience », « de la bienveillance» , « de savoir garder un état d'esprit positif malgré les difficultés» , « apprendre à prendre sur soi pour gérer les hauts et les bas » : « on est fait pour ce métier pour aussi transmettre ses connaissances et compétences à ces équipes », assurent ces chefs de rayon.

Bien sûr, beaucoup font ce métier par « passion du commerce avant tout » : « il faut aimer les gens, les clients, avoir le sourire en toute circonstance. Ces valeurs-là, la nouvelle génération ne l'a pas », déplore ce responsable.

Organisation, anticipation, réactivité... les compétences attendues pour être chef de rayon

Pour réussir comme chef de rayon, l'humain ne suffit pas. Il y a aussi un vrai savoir-faire.

Pour résumer les témoignages que nous avons reçus, il faut savoir au quotidien pour son rayon :

  • être organisé : « suivre la paperasse, connaître ses stocks, suivre ses commandes » ;
  • anticiper : « pour assurer les opérations de déstockage, préparer les OP et implantations catalogue, suivre les impressions d'affiches » ;
  • être exigeant : « assurer un facing rigoureux, traquer les ruptures, définir un assortiment cohérent » ;

Tout en assurant méthodiquement la politique commerciale du magasin :

  • connaître son marché ;
  • réfléchir et analyser avant de prendre des décisions provenant des fournisseurs ;
  • savoir négocier ;
  • rester professionnelle pour mettre ses intérêts professionnels avant ses intérêts personnels ;

Pour la question des heures, si certains reconnaissent ne pas compter leurs heures, d'autres ajoutent que « la plupart des managers qui passent leur vie au travail ne sont pas organisés, ne savent pas former et donc ne savent pas déléguer . Un manager tout le temps présent n’est pas un bon manager. On mesure la qualité d’un manager lorsqu’il est absent », explique ce chef de rayon aguerri.

5 tendances actuelles qui montrent que le monde de la grande distribution est (encore) en train de changer
Au sortir de la crise, la vision était pourtant claire. Le monde d’avant serait définitivement révolu pour laisser place à un monde d’après plus digital et avec de nouveaux modes de consommation. Ce n’est pas tout à fait ce qui se passe en ce moment.

Ces dernières années, le métier de chef de rayon a changé

Pour autant, malgré la passion et la détermination, le métier n'a rien à voir avec ses débuts : « je travaille dans la grande distribution depuis 24 ans et je dirais que oui, la grande distribution d'aujourd'hui n'a rien à voir avec celle d'il y a 20 ans », regrette ici ce chef de rayon expérimenté.

Car oui, pour présenter une face plus obscure du métier - selon les dires de ceux qui sont en poste actuellement -, le métier a mal vieilli, laissant le métier se dégrader au fil du temps : « je fais ce métier depuis plus de 10 ans et j'ai vu le métier se dégrader année après année. Plus les années passent, plus par exemple les possibilités d'achat se réduisaient. Avant, quand on était chef de rayon, on avait de vrais pouvoirs, on était plus autonome et on pouvait gérer nos rayons comme une entreprise », explique ce chef de rayon tout en complétant, « maintenant, à part combler les trous du personnel qui ne veut pas travailler, le métier s'est appauvri ». Pire, certains déplorent l'arrivée néfaste du numérique : « bientôt, ce seront des machines qui commanderont pour nous : quand on arrivera-là, ce sera fini pour moi. On veut nous enlever une des seules choses qui nous fait nous lever le matin », regrette ici un autre manager.

La situation est la même pour ce responsable frais qui exerce depuis 15 ans en magasin : « c'est un métier fatigant, rude, mais tellement passionnant. Contrairement à d'autres métiers que j'ai pu exercer, c'est très diversifié, les journées sont différentes chaque jour, on arrête jamais. Les semaines défilent à une vitesse... », en revanche, « oui les difficultés de recrutement deviennent compliquées au quotidien, entre ceux qui viennent deux jours et qui partent sans prévenir et ceux qui veulent se reconvertir..., c'est lassant », déplore-t-il.

En plus de cela, être chef de rayon c'est devoir « faire tampon entre sa direction et ses équipes, pas toujours simple, car il faut se protéger soi et protéger des équipes. Parfois c'est très dur, car on est attaché à nos équipes et on ressent mieux les choses que nos directions », explique ce chef de rayon.


En résumé, le métier de chef de rayon a connu un grand bouleversement. Le métier, aussi important soit-il dans un point de vente, reste pour autant mal perçu et peu valorisé. Le métier doit encore changer : « on peut sans doute faire encore mieux », soutient un dernier témoignage, « mais la grande distribution doit aussi s'adapter rapidement aux changements de notre époque avant de pouvoir espérer quoi que ce soit », conclut-il.

199 anecdotes en grande distribution, le livre !

Questions surprenantes, situations gênantes, clients pointilleux, enfants amoureux, produits inédits et autres tarifs réduits, ce livre - basé sur des faits réels - présente, avec malice et sincérité, la réalité des métiers de la grande distribution.

Je le veux !
Métier

Jonathan Le Borgne Twitter

Éditeur de Je Bosse en Grande Distribution. Passionné par la transition numérique des entreprises. Consultant, formateur et stratège en communication digitale pour la grande distribution.

commentaires