👉 Rejoignez l'Espace Pro, une plateforme unique pour les professionnels du marketing du monde du commerce. Plus d'infos

Comment les NFT amorcent une révolution dans le monde du commerce

Le Métavers révolutionne déjà le commerce, mais les retailers ne le savent pas encore.

Jonathan Le Borgne
Jonathan Le Borgne

Dans la galaxie des nouveautés technologiques du moment, on parle beaucoup du Web3, ce fameux web décentralisé succédant au Web2 dans lequel le monde numérique appartiendrait à ses utilisateurs. Le dénominateur de ce web commun est la Blockchain, une technologie permettant de stocker et de transmettre des informations de manière transparente et sécurisée. C’est aussi cette base de données sur laquelle reposent les cryptomonnaies.

En parallèle de ce « Nouveau Monde », - puisque c’est comme ça qu’il souvent présenté -, on parle aussi de Métavers et de NFT (Non Fongibles Token), des termes à priori abstraits pour beaucoup d’internautes. Pour le monde du Retail (des marques et des enseignes), ces nouveautés technologies passionnent déjà, et pour beaucoup, il s’agit de ne pas manquer le départ du train.

Pour l’heure, les usages sont encore bien méconnus, car, parlons très concrètement, ce futur monde vient seulement de poser ses premières briques. Il faudra peut-être attendre quelques mois (voire années) avant peut-être de se projeter et d’y voir des bénéfices réels.

Attention, dans cet article, tout ce que vous allez lire vous semblera totalement surréaliste, mais il appartient clairement à un futur proche.

Les marques et enseignes à l’affût du Métavers et des NFT

En France, Carrefour a été la première enseigne à acquérir un terrain dans le Métavers. Avec ses parcelles représentant au total 300 000€, l’enseigne compte en faire un territoire d’innovation et, surtout, l’enseigne compte prendre une longueur d’avance en posant ses valises dans ce Nouveau Monde.

Géant Casino, via le Club Leader Price, a également annoncé son immersion dans le Métavers. L’enseigne souhaite proposer un jeu vidéo immersif pour sa communauté de clients.

Du côté des marques, les initiatives sont déjà nombreuses dans le monde du luxe et de la mode. La marque de vêtement Gap à créer des objets de collections. Nike et Gucci ont lancé leurs propres baskets en NFT.

Autre entrée réussie dans les NFT, la marque Adidas a crée sa collection de survêtements en NFT intitulé « Into the Metaverse ». 30 000 NFT ont ainsi été mis sur le marché virtuel, chacun donnant un accès exclusif à des produits physiques. La marque aurait réalisé pour 22 millions de ventes grâce à cette opération. https://www.detego.com/retail_insights_en/retail-en/are-nft-retailers-the-next-big-thing-in-retail-innovation/

De l’autre côté de l’Atlantique, c’est Walmart qui a affiché ses ambitions : l’enseigne a récemment expliqué vouloir lancer sa propre cryptomonnaie et a affirmé sa volonté de vendre des biens et services virtuels en NFT tels que des « services d’entraînement physique » et des « cours dans le domaine de la santé et de la nutrition »

Les NFT, un nouveau marché pour le commerce

Comme vu plus haut, plusieurs acteurs dans le monde l’art, du divertissement et du luxe se sont emparés de ce monde. Les acteurs du retail ne sont pas en reste, de même que certaines grandes enseignes en France et dans le Monde ont choisi de s’y lancer.

Mais alors, quels intérêts / opportunités pour la grande distribution et autres commerces au sens large ?

Créer une émulation médiatique

Quand on voit les retombées médiatiques après l’annonce de Carrefour, la pari est réussi. Carrefour est parvenu à faire parler de l’enseigne en ayant acheté un terrain où il ne se passe pour le moment rien. R-I-E-N. Pour le moment, les effets d’annonces sont pour le moins symboliques, mais elles ont le mérite de faire parler de l’enseigne, de la marque et d’afficher sa volonté d’innover dans un monde où tout va très vite.

Pourtant, même sans projet concret pour le moment, Carrefour a eu mille fois raison de se lancer. Dans l’innovation on dit souvent que le premier arrivé est souvent le premier servi. Le temps nous le dira.

Une manière d’occuper le terrain

Les NFT et les cryptomonnaies sont les conditions d’accès au Métavers (Decentraland et The SandBox pour les plus connus). Sans cela, impossible d’y acquérir sa propre parcelle et d’y développer une activité virtuelle.

En cela, les NFT sont une opportunité pour le commerce de faire vivre leur marque dans un monde parallèle et d’y vendre des produits physiques ou virtuels. Dans quelques mois (ou années), les enseignes pourront proposer de la vente au détail et les enseignes recruteront de vrais humains pour assister la vente auprès de clients.

Étonnamment, dans un monde physique de plus en plus robotisé et automatisé, le monde virtuel deviendra en somme plus humain. Fou !

Faire de la pédagogie auprès des consommateurs et les aider à comprendre de monde virtuel

Comme vous le lisez dans cet article, comprendre ce Nouveau Monde est assez complexe. Alors, imaginez-le pour un consommateur lambda qui veut se lancer dans la moindre connaissance.

Une des opportunités pour les retailers serait de sortir de la simple création et mise en ligne de produits numériques, mais plutôt d’accompagner les consommateurs dans l’acquisition de NFT.

À l’instar de l’éducation au mieux manger, les commerces pourraient aider leurs propres clients à faire l’acquisition de ces actifs numériques.

Faire parler de sa marque auprès de communautés virtuelles

Imaginez que votre personnage de jeu vidéo porte les dernières baskets Nike ou le dernier survêtement Adidas à la mode. Imaginez la portée auprès d’une communauté.

Pour les marques, les NFT sont une opportunité folle d’accroître leur notoriété et développer les ventes de produits physiques.

L’ambition de fusionner le monde virtuel avec le monde physique

Pour reprendre William Gibson, écrivain de science-fiction qui a été le premier à décrire ce Nouveau Monde, « nous sommes la dernière génération à faire une distinction entre en ligne et hors ligne ». En ce sens, l’erreur est de croire que le Métavers est un monde parallèle. Non. Le Métavers tend à devenir un monde numérique fusionné avec le monde réel dans lequel on pourra combiner des expériences aussi bien virtuelles que physiques, ou faire des achats virtuels de produit physique (ou inversement).

Métavers

Jonathan Le Borgne Twitter

Éditeur de Je Bosse en Grande Distribution. Passionné par la transition numérique des entreprises. Consultant, formateur et stratège en communication digitale pour la grande distribution.