Paiera-t-on un jour ses courses au supermarché en cryptomonnaie

Jonathan Le Borgne
Jonathan Le Borgne

Le nombre de commerces acceptant les paiements en cryptomonnaie ne cesse de progresser. Pour le moment, la grande distribution - et la France au sens large - n'a pas encore ouvert à la voie à ce type de paiement. Bientôt peut-être.

Pourra-t-on bientôt payer ses courses aux supermarchés en Bitcoin ou en Ethereum ? En pleine révolution ces derniers mois, les cryptomonnaies font de l'oeil aux consommateurs qui voient dans ces monnaies virtuelles un moyen d'investir et de placer leur épargne. Ils sont environ 3 et 4 millions de Français à en posséder.

Mais à quoi cela sert-il d'avoir des cryptomonnaies si sa seule vocation est uniquement le faire de les convertir en monnaie éligible à des paiements virtuels ou physiques ? Pour le moment, rares sont les commerces français à proposer ce moyen de paiement. Outre-Atlantique, Walmart et Amazon de plus en plus à les intégrer.

Les commerces français encore prudents sur les paiements en cryptomonnaie

Pour l'heure, la grande distribution et les commerces au sens large n'ont pas encore donné leurs accords pour permettre aux cryptonautes de régler leurs achats.

Néanmoins, ils sont de plus en plus de commerces en France à le proposer. Selon l'Agefi, ils seraient dans le Monde 212 000 commerces en 2020, contre 150.000 l'an passé, à avoir ouvert la voie.

La France a un train de retard comme le montre notamment cette carte obtenue via Coinmap, un site permettant d'identifier les magasins acceptant les paiements en cryptomonnaie. Comparé à ses voisins frontaliers comme l'Allemagne, la Belgique ou encore l'Italie, la France semble à la traîne.

Des initiatives au sein des enseignes françaises

Pour l'heure, deux raisons expliquent ce désintérêt des commerces français envers les cryptomonnaies. De un, la volatilité de ces monnaies, dont les valeurs peuvent fluctuer d'un mois à l'autre, provoque des premières réticences. De deux, aucun texte légal n'encadre à ce jour ces monnaies virtuelles, si bien qu'un commerçant est aujourd'hui libre de les accepter ou de les refuser

Du côté des enseignes de la grande distribution, c'est du côté du groupe Casino qu'il faut trouver des premières actions engagées. L'enseigne dirigée par Jean-Charles Naouri a récemment lancé un stablecoin afin de « faciliter la vie des investisseurs cryptos et révolutionner les programmes de fidélité des magasins ». L'enseigne a conclu cette initiative avec des partenaires tels que Coinhouse, Nomadic Labs, PwC, Sceme et Société générale. D'autres enseignes pourraient suivre.

Walmart et Amazon s'intéressent de près à ces monnaies virtuelles

De l'autre côté de l'Atlantique, le sujet intéresse de près deux des principaux mastodontes de la distribution mondiale : Walmart et Amazon.

Le premier vient de confirmer son intérêt pour les cryptomonnaies en ouvrant un poste « expert en cryptomonnaies » comme l'atteste cette offre d'emploi repérée sur Linkedin. Il s'agirait d'un responsable de produits en monnaies numériques, ce qui pourrait ouvrir la voie à des paiements en monnaie virtuelle au sein de ses magasins ou sur ses plateformes en ligne.

Dans l'offre, l'enseigne précise rechercher «  un leader visionnaire » capable d'élaborer une stratégie en matière de crypto pour l’ensemble du groupe. Cette personne sera chargée d’élaborer une stratégie sur les monnaies numériques pour l’ensemble du groupe, comme l'explique l'intitulé de l'annonce : « vous serez responsable de l’élaboration de la stratégie et de la feuille de route des produits dédiés aux monnaies numériques ».

L'annonce fait suite à celle d'Amazon qui a récemment montré son intention de recruter elle-aussi « un chef de produit en monnaie numérique et blockchain », comme le prouve cette offre d'emploi. Le géant du web annonce rechercher un profil avec une expertise forte dans le domaine des cryptomonnaies et des monnaies numériques de banque centrale.

«  Nous sommes inspirés par l’innovation qui se produit dans l’espace des cryptomonnaies et nous explorons ce à quoi cela pourrait ressembler sur Amazon. Nous croyons que l’avenir sera construit sur de nouvelles technologies qui permettent des paiements modernes, rapides et peu coûteux, et nous espérons apporter cet avenir aux clients d’Amazon dès que possible ». | Porte parole d'Amazon
DigitalEnseigne

Jonathan Le Borgne

Éditeur de Je Bosse en Grande Distribution. Passionné par la transition numérique des entreprises. Consultant, formateur et stratège en communication digitale pour la grande distribution.