5 choses à savoir sur Walmart, l'enseigne qui a conquis les États-Unis

Jonathan Le Borgne
Jonathan Le Borgne

Walmart, le leader des chaînes de magasins de grande distribution dans le monde. Il distribue de nombreux produits qui vont de l’agroalimentaire, au prêt à porter, en passant par la cosmétique, la papeterie, l’électroménager…

Fondée en 1962 par Sam Walton, Walmart est une multinationale américaine de la distribution qui opère comme une chaîne d’hypermarchés, de grands magasins à prix réduits. Walmart est l’une des entreprises les plus précieuses du monde en termes de valeur marchande et le plus grand de son secteur. Il s’agit d’une entreprise familiale, puisque la quasi-totalité de ses principaux partenaires font partie de la famille Walton.

En termes de chiffre, le géant de grande distribution réalise le plus gros chiffre d’affaires au monde, près d’un demi-billion de dollars par an, ainsi que le plus grand employeur privé au monde avec 2,3 millions de salariés, selon le magazine Forbes.

L’histoire de Walmart

Le fondateur de l’enseigne a ouvert le premier magasin Walmart à Rogers dans l’Arkansas se développant à l’extérieur de l’Arkansas en 1968 et dans le reste du sud des États-Unis dans les années 1980, exploitant finalement un magasin dans tous les États des États-Unis, ainsi que ses premiers magasins au Canada, en 1995.

Les années 1970 marquent la nationalisation de Walmart et son entrée en bourse. L’entreprise ne cesse de croître jusqu’aux années 1990 où le groupe débute son expansion vers l’Amérique du Sud notamment le Mexique, mais aussi le Canada en 1994, la Chine en 1996 et le Royaume-Uni en 1999. Les années 2000 symbolisent quant à elles, l’entrée dans l’ère numérique avec le shopping en ligne et la mise en place d’un service « drive ».

Walmart est engagé dans l’écologie

Walmart vise à atteindre un objectif de zéro émission d’ici 2040 et à protéger, gérer ou restaurer au moins 20,23 millions d’hectares (50 millions d’acres) de terres et 2,59 millions de kilomètres carrés (un million de miles carrés) d’océans d’ici 2030. Pour ce faire, l’enseigne prendra les mesures suivantes : exploiter suffisamment de sources d’énergie renouvelable, notamment éolienne et solaire, pour alimenter ses installations exclusivement avec de l’énergie renouvelable d’ici 2035. Électrifier tous ses véhicules, y compris les camions longs parcours, et éliminer complètement leurs émissions d’ici 2040. Et enfin, opérer une transition vers les réfrigérants à faible impact sur l’environnement et vers de l’équipement électrifié pour le refroidissement et le chauffage dans ses magasins, clubs et centres de données et de distribution d’ici 2040.

Avant ça, le plus grand détaillant s’est déjà lancé dans le développement durable depuis plus de 15 ans. En 2018 l’enseigne a mis 1,5 million de dollars à la disposition des organismes sans but lucratif admissibles pour réduire le gaspillage alimentaire tout au long de la chaîne alimentaire. Cet engagement vise à réduire les sacs de plastique aux caisses de 50 % supplémentaire d’ici 2025 et ainsi retirer de la circulation environ un milliard de sacs durant cette période, Utiliser au moins 20 % de contenu recyclé post-consommation dans ses emballages de marques maison d’ici 2025, Éliminer les emballages de plastique inutiles et avoir des emballages recyclables, réutilisables ou compostables à 100 % pour ses produits de marques maison d’ici 2025…

Walmart a affiché des résultats record en plein pandémie

Alors que le secteur de la grande distribution fait face, depuis quelques années, à la plus grave crise de son histoire, le numéro un a affiché des résultats record en pleine pandémie avec un chiffre d’affaires en 2020 de 559,2 milliards de dollars, en hausse de 6,7%. Sur le premier trimestre de 2020, ses ventes ont progressé de plus de 10 %, tandis que celles sur Internet ont explosé de 74 %. Des millions de personnes achètent de la nourriture, des jouets, des articles ménagers, des appareils électroniques, d’autres articles de divertissement… par l’intermédiaire de Walmart, ce qui a fait de l’année 2020 une année très favorable pour le géant de la distribution. Le nombre d’achats en ligne a doublé par rapport à 2019, le bénéfice d’exploitation a augmenté de 8,5 % à 6,1 milliards de dollars sur le trimestre, tandis que le bénéfice ajusté par action s’est établi à 1,56 dollar, également supérieur aux projections du marché.

Le secret du succès de Walmart

Parti d’un petit magasin, Walmart a conquis le marché américain. Quel est le secret de cette réussite ? La stratégie du fondateur de Walmart repose sur le principe du volume : plutôt que de conserver une marge importante sur le prix offert par le fournisseur, il décide de réduire cette marge, afin de vendre à un prix le plus bas possible. Le prix étant attractif pour le consommateur, l’enseigne se rattrape sur les volumes vendus. Sam Walton a ainsi construit son succès sur une légende : celle de vouloir offrir aux consommateurs les prix les plus bas et une vie meilleure.

Mais derrière cette légende se cachent d’autres stratégies mises en œuvre par l’enseigne. Sam Walton a en effet forgé sa réussite en s’appuyant sur les bas salaires de ses employés. Il explique ainsi que « dans le business de la Grande distribution, quoi que vous fassiez, les salaires représentent l’une des parts les plus importantes des frais généraux et les frais généraux sont l’une des choses principales contre lesquelles vous devez vous battre si vous souhaitez maintenir votre marge de profit. »

La stratégie du leader de la distribution repose aussi sur l’investissement dans les nouvelles technologies associé à une politique d’emploi particulière, d’une part ; et, d’autre part, l’identité et la culture d’entreprise.

Une culture d’entreprise conservatrice

La culture idéologique de Walmart présente certains aspects relevant d’un capitalisme-providence déjà mis en œuvre par d’autres entreprises avant la Première guerre mondiale. La famille, la communauté, l’égalitarisme chrétien (protestant) sont les principes sur lesquels se base l’identité de l’entreprise. Les contacts fréquents entre les employés (« les associés ») et les cadres au sein des magasins sont une illustration de ce faux égalitarisme. Côté politique, le distributeur est l’une des entreprises les plus engagées dans la cause républicaine.

Enseigne

Jonathan Le Borgne

Éditeur de Je Bosse en Grande Distribution. Passionné par la transition numérique des entreprises. Consultant, formateur et stratège en communication digitale pour la grande distribution.