Les chiffres d’affaires de la grande distribution en 2020

Jonathan Le Borgne
Jonathan Le Borgne

Avec une part de marché avec +0,7 point, l’Intermarché a fortement progressé tout au long de l’année 2020 à côté de Lidl qui occupe la deuxième marche du podium avec un gain de +0,5 pts.

Intermarché grand gagnant de l’année 2020

Intermarché est l’enseigne de grande distribution qui a le mieux progressé en termes de parts de marché à +0,7 points. Déjà attractif grâce à des prix bas, une offre qui suit la tendance du mieux-manger et une « expérience magasin » qui fait mouche, le groupe a bénéficié dans la crise du maillage inégalé de ses magasins et d’une accélération des ouvertures de drives.

Les discounters en bonne position

Lidl répond également présent, avec une excellente progression avec un gain de +0,5 pts. Le soft-discounter séduit de plus en plus de consommateurs avec ses prix bas et son offre de qualité en fruits et légumes. Il bénéficie aussi de la rénovation de ses magasins et du retour à l’expansion de son parc. La part de marché d’Aldi est, elle, restée stable. L’enseigne souffre encore d’une image paupérisante, n’ayant entamé sa transition vers le soft-discount qu’en 2018.

E.Leclerc et Système U en progression continue

Les autres enseignes à réaliser de bonnes performances sont Leclerc et Système U, qui ont gagné +0,3 point. Sur les 13 périodes cumulées, ce chiffre monte même à 0,4 point pour Leclerc, qui reste numéro un en matière de pourcentage de parts de marché (22%). Pour le groupe Les Mousquetaires, le sacre est définitif en intégrant son enseigne de hard discount Netto : il représente 15,7% avec une progression sur l’année de 0,7 point. 

Les intégrés toujours en recul

À divers stades d’un lourd processus de transformation, les intégrés ont une nouvelle fois perdu du terrain. Auchan a été pénalisée par sa dépendance aux grands hypermarchés (75% des ventes) et sa nécessaire focalisation sur son redressement financier via la réduction de ses coûts.

Casino s’est concentré sur le repositionnement de son parc vers des magasins premium et de proximité, et sur l’élimination de ses foyers de perte.

Carrefour termine 2020 en meilleure posture que ses pairs, avec une quasi-stabilisation de part de marché au dernier trimestre et une légère hausse des ventes en comparable dans les hypers. Son obsession de la satisfaction client et ses investissements massifs dans l’e-commerce semblent payer.

L’e-commerce alimentaire en forte évolution en 2020

La crise sanitaire du Covid19 a donné un coup de fouet au e-commerce alimentaire. Selon Nielsen les ventes en ligne ont progressé de 42% sur l’année, propulsant la part de marché de ce circuit dans les ventes PGC-FLS à 8,3% en 2020 contre 5,7% en 2019 (Kantar). Cette hausse a été facilitée par un réseau de drives, piétons comme classiques, de plus en plus étoffé.

Les distributeurs traditionnels testent régulièrement de nouvelles solutions et de nouveaux venus entrent sur le marché. La start-up Cajoo lance actuellement à Paris un « magasin de proximité digital » s’appuyant sur un réseau de mini-entrepôts qui permet la livraison de petites courses en 15 mn. Le supermarché hollandais 100% en ligne PicNic pourrait aussi faire son arrivée dans l’Hexagone.

Enseigne

Jonathan Le Borgne

Éditeur de Je Bosse en Grande Distribution. Passionné par la transition numérique des entreprises. Consultant, formateur et stratège en communication digitale pour la grande distribution.