⚡ Des Outils, des Ressources et des Idées pour préparer le Commerce de Demain Plus d'infos

Voici pourquoi la grande distribution est absente du Salon de l'Agriculture

Historiquement, certaines enseignes s'y sont déjà frottées. D'autres n'y ont jamais mis les pieds.

Jonathan Le Borgne
Jonathan Le Borgne

Cette édition 2024 du Salon de l'Agriculture s'annonce explosive. Sous fond de colère des agriculteurs vis-à-vis des industriels de l'agroalimentaire et les enseignes de la grande distribution, les acteurs majeurs et médiatisés de la grande distribution, Michel-Édouard Leclerc, Dominique Schelcher de Système U ou encore Alexandre Bompard chez Carrefour - qui lui a annulé sa venue au dernier moment - ne sont guère les bienvenus sur un des salons incontournables chaque année en France.

Historiquement, la grande distribution évite de s'y afficher, par peur de représailles et par peur d'écorner leur image. Il y a eu, par le passé, des stands d'enseigne : Carrefour, Auchan et Intermarché y ont participé par intermittence seulement. L'enseigne Leclerc, elle, n'a jamais essayé. Seul Lidl a son passe-droit avec un stand chaque année depuis 2015 pour vanter ses contrats tripartites entre les distributeurs, les industriels et les agriculteurs.

Et pourtant, ce n'est pas faute d'avoir tenté de pacifier les relations et tendre l'oreille face à la colère des agriculteurs. Dans une lettre ouverte, cosignée avec 8 dirigeants d'enseigne, le secteur montre son attachement à l'agriculture, à la souveraineté alimentaire et une juste rémunération des producteurs.

Produits Locaux : ce qu’il faut savoir sur leur consommation en grande distribution
Chiffres et enjeux clés autour de la consommation locale des Français : si la tendance s’est renforcée ces dernières années, cela représente encore une minorité du marché.

Voici trois raisons qui expliquent l'absence de la grande distribution au Salon de l'Agriculture que donne, entre autres, ce journaliste :

  • Une position de bouc émissaire depuis des années qui les pointent comme principal responsable des difficultés du monde agricole ;
  • Le reproche de ne pas respecter la loi Égalim et de la contourner en créant des centrales d'achats européennes. Cette loi est censée garantir une rémunération décente aux agriculteurs et doit éviter que les agriculteurs vendent à des prix inférieurs à leurs couts de production. Il y a toutefois un décalage entre la loi et son application ;
  • Un capital sympathie qui s'est effondré en quelques semaines : récemment, une enquête exprime que 92% des consommateurs ont une opinion négative de la grande distribution. C'est tout l'inverse d'une autre enquête de juin 2023 dans laquelle 70% des Français en avaient une opinion positive - de nombreux consommateurs jugeaient en effet que les enseignes étaient protectrice de leur pouvoir d'achat.

Le Salon de l'Agriculture se termine le 3 février. Dominique Schelcher s'y est rendu.

Michel-Édouard Leclerc a lui tenté une approche sur les réseaux sociaux en expliquant sa non-présence sur le Salon car « n'ayant pas reçu d’invitation du Président de la République pour venir à ce désormais fameux “Grand débat” » - qui a finalement été invité.

Enseigne

Jonathan Le Borgne Twitter

Éditeur de Je Bosse en Grande Distribution. Passionné par la transition numérique des entreprises. Consultant, formateur et stratège en communication digitale pour la grande distribution.

commentaires