⚡ Des Outils, des Ressources et des Idées pour préparer le Commerce de Demain Plus d'infos

Rôle d'un directeur de magasin

Voici les qualités attendues pour être directeur de magasin

Quel est le rôle d'un directeur de magasin aujourd'hui ? Souvent considéré comme le leader naturel, par son autorité, ses connaissances, son expérience, il est le capitaine d'un navire indispensable à la bonne gestion commerciale d'un point de vente.

Jonathan Le Borgne
Jonathan Le Borgne

Le métier de directeur de magasin a changé autant que le secteur de la grande distribution a su évoluer ces dernières années. Comme le métier de chef de rayon, le rôle d'un directeur de magasin impose d'être là pour ses équipes et d'avoir un oeil expert sur la gestion des rayons.

On a demandé aux équipes en magasin ce qu'étaient pour eux les qualités attendues d'un directeur de magasin.

Le rôle du directeur : l'expertise dans un premier temps

Bien sûr, il y a la base du métier : gérer l'activité commerciale, piloter le chiffre d'affaires, organiser et appliquer la politique de l'enseigne, optimiser la gestion des rayons, déléguer aux managers... le directeur d'un magasin orchestre la bonne tenue d'un point de vente en relation étroite avec les managers.

Pour reprendre les propos d'un directeur, « le rôle n°1 c'est de veiller au chiffre. De 2, de veiller à la sécurité du salarié et du site. De 3, de veiller a l'entretien des équipements et de la sécurité incendie. De 4, de veiller au management du salarié, le bon nombre de salariés, au bon poste, au bon moment », explique-t-il dans un premier temps, « il a aussi quelques attributions comme présider le CSE, organiser les réunions, procéder aux licenciements, etc. Le reste peut dépendfre des structures ».

En effet, selon les types d'enseignes, le rôle du directeur peut changer : sous l'autorité soit d'un PDG patron de l'entreprise pour les enseignes indépendantes, soit sous une entité direction régionale ou nationale pour les enseignes intégrées, les attributions peuvent varier : « dans les enseignes intégrées, les directeurs ont souvent le rôle principal de fédérer une équipe de cadres, de les manager, à la différence peut-être d'un directeur indépendant où on lui demandera de savoir tout faire », relate ici un directeur.

Selon la taille du magasin, le rôle du directeur peut également être très différent : « dans mon ancien magasin, je voyais mon directeur deux fois semaine et il ne changeait pas ma journée. Dans mon magasin actuel, je le vois tous les jours. Il est capable de donner son avis sur tout, car il connaît le magasin par coeur et nous en tant que manager on s'appuie énormément sur lui », explique ce manager, « n ne demande pas un pote mais quelqu’un de juste qu’il soit motivant et reconnaissant du travail produit ».

Moi, chef de rayon et « un peu l’homme à tout faire » en grande distribution
Par les temps qui courent et compte tenu de la situation de tension au sein des magasins, il y a un métier qui s’est transformé au fil des années. Ce métier, c’est celui de chef de rayon.

L'importance du bonjour le matin

Certains directeurs peuvent minimiser cette tâche et pourtant elle est essentielle : « évidemment, dire bonjour le matin. Perso j'attends qu'il essaye de connaître nos prénoms, c'est un premier signe de reconnaissance.

« Pour moi le bonjour du matin c'est le signe qu'il vient sonder le terrain, qu'il a un intérêt pour le travail fourni, sans cela, cela peut créer quelques dégâts sur la motivation des équipes », soutient cet employé.

Être exemplaire, montrer l'exemple : le directeur est un leader naturel

Endosser le rôle de directeur d'un magasin ne s'improvise pas : « pour moi, un directeur est avant tout un leader. C'est une autorité forte du magasin qui montre la voie, qui s'impose naturellement par ses idées, par sa manière d'être et de faire », explique ici ce manager, « c'est aussi quelqu'un qui sait créer l'engouement autour de lui qui est fortement apprécié des équipes. Il est force de proposition au quotidien, c'est une locomotive qui amène ses équipes avec lui ».

Bien sûr, le directeur reste cette figure d'autorité ultime qu'il faut savoir écouter : « de notre côté, nous avons un directeur très dur. Il nous écoute, il nous donne un coup de main, mais il sait aussi se montrer ferme quand il le faut. En tant que manager, il vient apporter du cadre, surtout auprès des juniors qui peuvent parfois manquer de recul », admet ce manager.

Mêmes explications pour ce manager : « j'attends d'un directeur de magasin qu'il me donne une vision claire des objectifs à atteindre et qu'il me motive pour cela. Un directeur doit être le principal élément motivant d'un magasin, en plus de celui d'être au service des clients. Le directeur doit être un meneur. Le charisme n'est pas forcément obligatoire dans tout cela. Il faut que le directeur soit une locomotive. Être directeur n'est pas que diriger un magasin... », résume-t-il ici.

En ce sens, poser un cadre, être fiable, être bienveillant sans être trop gentil, capable de faire preuve de reconnaissance de temps en temps, c'est aussi de qualités attendues par un directeur aujourd'hui.

Être là quand il faut l'être, faire confiance...

Si certains ne recherchent pas forcément sa présence, notamment auprès des employés qui s'appuient davantage sur leur manager n+1, le directeur reste toutefois attendu dans les moments plus difficiles : « je n'attends pas tous les jours pour parler avec ma directrice », reconnaît cette employée, « mais j'ai la chance d'avoir une directrice qui sait donner de sa personne lors par exemple des prises de commandes ou lorsqu'on a des absents en rayons. Je respecte davantage un directeur qui sait se salir les mains que quelqu'un qui vient juste vous serrer la main par courtoisie ».

Bien sûr, dans un contexte de tensions sur l'emploi, les équipes en magasin attendent de lui de la confiance réciproque : « j'ai connu des directeurs qui ne faisaient confiance à personne qui nous fliquaient en permanence, ce n'est pas ce qu'on attend d'un directeur, ça casse l'ambiance », reconnaît cet employé.

La confiance est le ciment d'une bonne relation employé - manager - directeur reconnaît ici un directeur : « dans le milieu de la grande distribution, la confiance entre employés et responsables est extrêmement fragile. Pour des raisons liées à l'organisation et à la gestion d'une équipe, qui ne conviennent plus à un employé, celui-ci peut tout simplement baisser les bras. Un bon employé peut devenir un mauvais employé. Et vice versa. Quand un directeur/manager fait confiance à un employé, c'est motivant pour lui ».

Dernier point, pour résumer, un Directeur doit avant tout faire preuve d'humanité : « qu'il doit droit dans ses bottes et qu'il agit comme un leader, non comme un patron », assure ce manager, « le petit plus pour moi c'est qu'un directeur fasse vivre le collectif, qu'il stimule la créativité, qu'il fasse remonter des idées. Pour moi c'est ce que j'attendrai demain de mon futur directeur ».

Métier

Jonathan Le Borgne Twitter

Éditeur de Je Bosse en Grande Distribution. Passionné par la transition numérique des entreprises. Consultant, formateur et stratège en communication digitale pour la grande distribution.

commentaires