👉 Rejoignez l'Espace Pro, une plateforme unique pour les professionnels du marketing du monde du commerce. Plus d'infos

« OUI, les entreprises ont tout intérêt à faire appel aux alternants » : les métiers du retail sont en quête d'attractivité

Avec 1,3 millions d’emplois, le secteur de l’agro alimentaire représente 3,5 % du PIB du pays. Il est l’un des piliers de l’industrie française.

Jonathan Le Borgne
Jonathan Le Borgne

Bien que touché par la crise sanitaire mondiale, le monde du retail reste néanmoins synonyme de succès, comme l’illustre le dynamisme actuel de la grande distribution et le fleurissement de nouvelles start-up dans l'économie (en référence notamment aux starts-up du Quick Commerce).

Fort de ce dynamisme, enseignes, industriels, start-up doivent relever de nombreux défits imposés par les nouveaux paradigmes de notre époque : transition écologique et environnementale, acquisition de nouvelles parts de marchés, nouvelles attentes des consommateurs, modernisation de son industrie, révolution numérique et surtout … attractivité des métiers.

Pour se mettre en ordre de marche et répondre aux besoins des entreprises, les grandes écoles françaises adaptent leur offre de formation et proposent aux recruteurs des profils « sur mesure », en alternance ou en stage. (Pour avoir commencé moi-même en alternance, je ne peux que recommander ce rythme d'études pour mettre un pied dans le monde du travail).

Des écoles sur mesure à la croisée des chemins entre commerce et industrie

Pour répondre aux besoins des entreprises à recruter des profils sur mesure et adaptés à leur secteur, des écoles telles que FMS, l’école de commerce du Food business, innovent et imaginent des formations à la croisée des chemins entre l’école de commerce et les métiers propres à ce qu'on appelle "la Food Industry", avec des filières dans l’agroalimentaire, la food tech, le Digital, l’agriculture durable, le management, l’événementiel et l’entrepreneuriat.

Leur objectif est de proposer, de la première année à la cinquième année,  en alternance ou en formation initiale, des profils déjà qualifiés (marketing & innovation, communication, en achat, gestion import/export, chargés de produit, responsable achat, food data analyst ) qui ont choisi le secteur de l’agroalimentaire pour mettre à profit leurs connaissances et talents et répondre aux besoins des recruteurs.

« Nos intervenants et formateurs sont tous des professionnels du secteur de de la Food Industry qui connaissent la réalité du terrain et forment nos étudiants à se dépasser pour innover et apporter leur pierre à l’édifice, afin de répondre aux besoins technologiques, d’organisation, d’innovation, de gestion des entreprises », précise Raphael, Responsable Admissions et Marketing chez FMS.

Les difficultés rencontrées par un étudiant en BTS MCO en alternance
La vie d’un étudiant n’est pas toujours facile. Et pour ceux qui font le choix de l’alternance, c’est d’autant plus difficile de devoir conjuguer vie étudiante et vie en entreprise. Et je sais de quoi je parle ! 🙂 En France, les

Recruter un étudiant en alternance : des bénéfices directs pour les entreprises de l’agroalimentaire

Ces futurs salariés aux profils qualifiés dès la première année sont très vite une force pour les entreprises : « ils soufflent un vent de fraîcheur au sein des structures car « biberonnés aux nouvelles technologies ils sont au fait des dernières tendances, les testent et font de la veille, suivent l’actualité du secteur, ont accès aux remontées terrain grâce au partage d’expériences et aux études de cas vues pendant les cours et ateliers », précise Raphael.

En effet, les élèves de FMS ne sont pas là par hasard : passionnés par un univers qu’ils ont choisi, adaptés et formés à des domaines de prédilection spécifiques et propres au secteur de la Food Industry, ils représentent une véritable ressource vivante pour les entreprises du secteur de l’agroalimentaire là où les écoles « généralistes » vont proposer une approche beaucoup moins sectorisée, personnalisée, structurelle et identitaire.

L’école est un laboratoire vivant, un vivier où les « cobayes » sont des passionnés volontaires, qui ont envie d’apprendre et de transmettre », partage Vanessa, Responsable des relations Ecole / Entreprises.

Processus de recrutement facilité : les frais de recrutement pris en charge par l’État

Jusqu’au 30 juin 2022, pour faciliter le recrutement des alternants, l’État propose jusqu’à 8000 euros d’aide aux entreprises qui accueillent un étudiant  de 18 à 21 ans.

Le coût du recrutement pour l’entreprise se situe entre 0 et 175 euros par mois*, une bagatelle. L’étudiant alternant, quant à lui, voit ses frais de scolarité pris en charge par l’État.

À travers le recrutement d’un alternant de FMS, l’entreprise acquiert des compétences à moindre coup et est assurée de bénéficier d’un profil sur mesure et trié sur le volet.

« Lors du processus de recrutement de nos étudiants, nous nous assurons systématiquement de faire coincider de façon ultra précise les besoins de l’entreprise (fiche de poste) avec le projet professionnel du futur alternant » ajoute Vanessa.

* Pour les étudiants de 18 à 21 ans
Carrefour prévoit l’embauche de 15 000 jeunes en 2021 (en CDI et en alternance)
Dans un contexte morose, l’enseigne Carrefour prévoit l’embauche de 15 000 jeunes en 2021 a annoncé Alexandre Bompard ce matin au micro de RTL. La grande distribution au secours de l’emploi en France. L’enseigne de grande distribution Carrefour prévoit d’embaucher 15 000 jeunes l’année

La force d’un recrutement sur mesure : trouver des réponses aux besoins et exigences de son entreprise et assurer une intégration rapide de l’alternant

« Pour bénéficier des meilleures conditions de recrutement d’un alternant, nous conseillons aux entreprises de s’y prendre le plus tôt possible, de ne pas hésiter à s’appuyer sur nos équipes pour exprimer leurs besoins, voire pour rédiger leur fiche de poste. Nous sommes aussi là pour ça », termine Vanessa.

Chiffres et infos clés pour se repérer

💡
Le secteur agroalimentaire français est constitué en grande majorité d'entreprises de moins de 10 salariés (79%). (Source)
💡
Les grandes entreprises de plus de 250 salariés représentent moins de 2% des entreprises du secteur, mais réalisent plus de 45% de son chiffre d’affaires. (Source)
💡
Les entreprises agroalimentaires sont le premier employeur industriel en France. (Source)
💡
Le secteur de l’agroalimentaire est extrêmement large et diversifié, on y retrouve de nombreuses sous-catégories d’industries telles que l’industrie laitière, l’industrie des produits surgelés ou encore l’industrie des boissons alcoolisées. (Source)
Métier

Jonathan Le Borgne Twitter

Éditeur de Je Bosse en Grande Distribution. Passionné par la transition numérique des entreprises. Consultant, formateur et stratège en communication digitale pour la grande distribution.