Comment rendre les toits des magasins plus écologiques et économiques

Les résultats avec cette solution sont surprenants, et elle séduit de plus en plus la grande distribution.

Jonathan Le Borgne
Jonathan Le Borgne

Jusqu'à 30% de coûts en climatisation en moins pour les magasins et -15% par an d'économie constatée sur la ligne consommation électrique. C'est possible oui ! La solution ? Installer une peinture réflective & thermique renvoyant les rayons du soleil sur les toits des supermarchés et hypermarchés. Un procédé très répandu aux États-Unis qui séduit de plus en plus la grande distribution.

Recouvrir le toit des supermarchés et hypermarchés d'une peinture blanche pour mieux réfléchir les rayons du soleil. Ce principe, c'est celui du cool roofing, traduisez « toit frais ». Largement déployé aux États-Unis auprès notamment de l'enseigne Walmart, le procédé a pour objectif de réduire la consommation en énergie des centres commerciaux très « énergivores ».

En France, la méthode a déjà séduit des centres commerciaux et même des particuliers.

On vous explique comment ça marche et les bénéfices attendus par cette solution.

Les bénéfices apportés par le cool roofing sur la consommation d'énergie

Imaginez un instant la température accumulée par le revêtement noir et les structures métalliques des toits des magasins. Ces derniers concentrent une masse de chaleur telle, tout au long de l'année du fait du réchauffement climatique, que cela cause une « surchauffe » du point de vente entraînant par la suite une « surconsommation » en climatisation et consommation des meubles froids. Pour Nadège Bernard directrice commerciale de Solar-Paint que nous avons interrogé, « cela entraîne des conséquences environnementales et des surcoûts pour les entreprises comme les coûts liés à la climatisation ».

Cela revêt plusieurs conséquences :

  • de un, la chaleur concentrée sur le toit se diffuse à l'intérieur du point de vente, ce qui augmente considérablement la chaleur ambiante. Pour Christophe Vincent, patron des E.Leclerc de Perpignan dans les Pyrénées-Orientales (Perpignan Sud et Polygone), mais également pour Stéphan Payraudeau, patron de E.Leclerc Le Boulou dans la même région, « cela reproduit un effet de serre en cas de forte chaleur comme c'est le cas 6 à 8 semaines par an selon les années » ;
  • de deux, cela a une incidence sur le confort de travail des équipes en magasin et bien entendu des clients qui peuvent souffrir de la chaleur ;
  • de trois, cela entraine une dépense énergétique et des surcoûts potentiels pour les magasins ayant recourt à des systèmes de climatisation. En effet, les coûts en climatisation ne cesse de grimper et de devenir un véritable fléau mondial, car cela nécessite une forte consommation en électricité.

Aussi, cela ne devrait pas aller en s'améliorant puisque le réchauffement climatique est une réalité ! Les experts prédisent plusieurs scénarios alarmants indiquant une hausse des températures de 0,6 à 1,3°C d'ici 2050 selon le rapport Jouzel, et une hausse de 2,6 à 5,3°C de la température mondiale d'ici 2100, rapport confirmé par ailleurs par le dernier rapport du GIEC. Sans action des entreprises à leur échelle, les chances de faire baisser le thermomètre s'amenuisent.

La peinture réflective comme solution pour lutter contre ses dépenses énergétiques

Le pouvoir « réflectif »,en anglais on parle de Cool Roofing, de la lumière est une alternative sérieuse pour lutter contre le phénomène. La demande est réelle. Si bien que plusieurs magasins en France ont déjà opté pour cette solution, exemple notamment avec les E.Leclerc des Pyrénées-Orientales qui ont récemment opté pour cette solution leur toit.

Le principe est simple : « cela consiste en l’utilisation d’une peinture avec des propriétés de couverture réfléchissante à haute émissivité qui évite l’absorption des radiations solaires par le toit », nous confirme Nadège Bernard de Solar-Paint, entreprise leader en France depuis 42 ans dans la peinture industrielle et notamment dans l'utilisation de ce procédé expliquant « que cela nécessite dans un premier une préparation de surface avant l'application de deux couches du système SolarCoat bénéficiant de plus, d'une garantie décennale ».

Pour ajouter des arguments à la démarche écologique, la peinture est un revêtement non émissif de faible COV et n'utilise aucun solvant chimique. Le produit appelé SolarCoat est élaboré en collaboration avec Maestria, le plus grand fabricant de peinture en France depuis plus de 50 ans, la solution SolarCoat appartient à Solar-Paint et ses propriétés sont certifiées : « la peinture bloque le rayonnement solaire si bien que la chaleur ne rentre plus l'été », nous confirme-t-on.

En plus de cela, la peinture bénéficie d'un faible encrassement, d'une résistance aux eaux stagnantes donc d'une haute durabilité et améliore l'étanchéité du toit...

La solution est prouvée : la chaleur de la toiture en été passe d'une moyenne de 60°C à une moyenne de 30°C à période similaire.

Solar-Paint, une entreprise engagée dans la transition écologique

En France, l'entreprise Solar-Paint est bien connue des professionnels du secteur. Celle-ci collabore déjà avec d'autres clients. Solar-Paint à travers le groupe auquel elle appartient est certifiée ISO 9001, MASE, Qualibat et EthiBat pour son expertise, son savoir-faire et ses produits made in France.

RSEEnseigne

Jonathan Le Borgne Twitter

Éditeur de Je Bosse en Grande Distribution. Passionné par la transition numérique des entreprises. Consultant, formateur et stratège en communication digitale pour la grande distribution.