La fin du plastique au rayon Fruits et Légumes c'est pas (vraiment) pour tout de suite

Jonathan Le Borgne
Jonathan Le Borgne

C'est une nouvelle à laquelle les enseignes de la grande distribution se préparent : à partir de janvier 2022, les emballages plastiques seront interdits pour de nombreux fruits et légumes frais. Une décision qui ne fait pas l'unanimité.

Plus que quelques mois pour voir le plastique disparaître des rayons fruits et légumes de la grande distribution. Enfin ! Symbole du capitalisme et de la surconsommation, le matériau, aussi résistant soit-il, fait souvent la une des reportages écologiques pour se présence sur les plages (ou d'autres lieux protégés) et sa difficulté à être totalement recyclé. La Loi anti-gaspillage pour une économie circulaire votée en janvier 2021 prévoit désormais d'en limiter son usage et de réduire le suremballage.

En vérité, cette loi est plutôt une bonne nouvelle pour coller aux nouvelles attentes des consommateurs plus soucieux des questions écologiques et pour tendre davantage vers une grande distribution plus responsable.

Sauf que voilà, il y a la loi et il y a les négociations de cette loi. Pour le moment seuls les lots de moins d’1,5 kilo sont concernés et de nombreuses exceptions viennent contourner cette règle. Car oui, les lobbies sont depuis passés par là et sont venus ajouter une longue liste d'exception pour retarder l'échéance de supprimer définitivement le plastique des rayons.

Ainsi, la mesure ne s'appliquera pas aux lots de plus d'1,5 kilo. Plusieurs exceptions ont également été votées pour les petits volumes comme l'annonce ici un décret officiel paru en mars 2021. Elles seront applicables entre 2023 et 2026.

« À compter du 1er janvier 2022, tout commerce de détail exposant à la vente des fruits et légumes frais non transformés est tenu de les exposer sans conditionnement composé pour tout ou partie de matière plastique. Cette obligation n’est pas applicable aux fruits et légumes conditionnés par lots de 1,5 kilogramme ou plus ainsi qu’aux fruits et légumes présentant un risque de détérioration lors de leur vente en vrac dont la liste est fixée par décret. »

À noter que la loi interdit également la pose d'étiquettes constituées en tout ou en partie de matières biosourcées, à l’exception des stickers compostables en compostage domestique.

Une loi anti-plastique en grande distribution qui fait grincer des dents les lobbies

Pour expliquer ces exceptions, certains produits, fragiles, méritent quelques précautions notamment au moment du transport afin de limiter le gaspillage.

Ainsi, les fruits mûrs à point (les avocats par exemple), les fruits rouges (fraise, framboise, mûres) et les graines germées bénéficient d’un délai supplémentaire de 4 à 5 ans, soit le temps de trouver des alternatives plus écologiques et plus efficaces

À cette liste des exceptions, on retrouve d'autres fruits et légumes pourtant habitués à la vente en vrac qui pourront encore être proposé sous plastique comme les haricots verts, les tomates cerises, le raisin, haricots verts, les endives ou encore les brocolis.

199 anecdotes en grande distribution, le livre !
Découvrez notre première livre ! 199 anecdotes en grande distribution toutes inspirées de faits réels. La première communauté du secteur méritait bien son livre.

La fin du plastique ne fait pas l'unanimité auprès des filières

Vous l'aurez compris, voir le plastique disparaître totalement des rayons relève presque de l'utopie. Même du côté des filières fruits et légumes on se défend de la nécessité des emballages qui permet aux produits d'être plus visibles et de mieux valoriser les labels comme le bio. Pour eux, le manque à gagner serait même important puisque le frais emballés représentent 37% des ventes en GMS (44% en hypermarché), comme l'expliquent notamment 60 millions de consommateurs.

Quelles sont les alternatives à la fin du plastique en rayon

En attendant, le plastique a encore quelques années de répit devant lui.

Pour lui succéder, le carton se présente aujourd'hui comme une alternative sérieuse. C'est probablement le seul matériau identité dont la résistance, la légèreté garantissent une protection optimale des fruits et légumes.

D'autres alternatives aux fonctions plus limitées existent comme des produits à base de chanvre ou de fibre de bois, mais ne font pas encore l'unanimité.

La planète attendra.

Smartway, la start-up qui accompagne la grande distribution dans la lutte contre le gaspillage alimentaire | Ausha
Paul-Adrien et Christophe Menez sont les cofondateurs de Smartway. Pionniers dans la lutte contre le gaspillage alimentaire en grande distribution au début des années 2010, avec anciennement Zéro Gâchis, ils accompagnent aujourd’hui plus de 400 points de vente en France.Avec une récente levée de fo…
RSE

Jonathan Le Borgne

Éditeur de Je Bosse en Grande Distribution. Passionné par la transition numérique des entreprises. Consultant, formateur et stratège en communication digitale pour la grande distribution.