Enquête | Le gaspillage alimentaire en GMS : une prise de conscience réelle des magasins... mais la faute mise aussi sur les clients

Jonathan Le Borgne
Jonathan Le Borgne

Le gaspillage alimentaire est devenu un combat important au sein des magasins. Portés par la loi Garrot, les magasins prennent leurs responsabilités pour réduire la casse et valoriser les invendus. Nous avons mené notre enquête auprès de 306 professionnels des magasins pour mieux comprendre les actions mises en place.

Pour lutter contre le gaspillage alimentaire, les enseignes multiplient les actions. Chaque année, cela représente 1 million d’euros par an pour un hypermarché générant environ 80 millions de chiffres d’affaires et environ 300 000 euros par an pour un supermarché de taille moyenne. C’est dire que le combat a toute son importance aussi bien sur le plan économique, mais aussi social et éthique.

Dans une enquête menée conjointement avec Phenix, nous avons interrogé 306 professionnels des magasins afin de comprendre quelles étaient les actions en place et les solutions pour lutter contre le gaspillage alimentaire dans les magasins.

Car entre les campagnes de communication et la réalité du terrain, il y a parfois des discours dissonants. Dans cette enquête nous donnons la parole à ceux qui vivent ces actions au quotidien : employés, managers, directeurs de magasin. 306 profils, toutes enseignes confondues, ont accepté de répondre à nos questions.

Profil des répondants : employés (44,2%), Adjoint chef de rayon (10,3%), chef de rayon (23,3%), chef de département (5,6%) directeur (7%), et autres profils (responsable qualité) ont également répondu à notre enquête. Les enseignes représentées : E.Leclerc (21,8%), Carrefour (18,8%), Auchan (9,9%), Système U (14,3%), Intermarché (15,4%), Géant Casino (5,1%) et autres enseignes (Lidl, Aldi, etc) ont répondu à notre enquête.

Les raisons principales de la casse en magasin selon les professionnels des magasins

Quand on les interroge, les professionnels de magasins demeurent très critiques. S’ils considèrent que les actions en place visent à réduire le gaspillage alimentaire, 24% d’entre eux considèrent que c’est encore  « beaucoup tous les jours », un ressenti palpable qui montre qu’il y a encore des efforts à faire.

Cependant, les actions en magasin se poursuivent : « la prise de conscience est réelle, mais on attend aussi des moyens pour optimiser cette gestion », a réagi un chef de rayon en faisant référence aussi bien à la formation, mais aussi aux nouvelles technologies qui permettent aux magasins de mieux mesurer leur gestion.

Parmi les raisons évoquées, les professionnels des magasins donnent plusieurs réponses pour expliquer le gaspillage alimentaire en magasin : 79% considèrent que la principale raison ce sont les produits qui arrivent à date en rayon, 37% les produits livrés avec des dates trop courtes, 30% la gestion des produits en promotion.

Néanmoins, notre enquête révèle également que la faute est mise sur les clients : 63% estiment le fait de reposer des produits frais dans d’autres rayons contribue également à la casse ; 30% considèrent que cela provient des nombreuses manipulations des produits par les clients (notamment au rayon fruits et légumes) : « il n’est pas rare de retrouver du poisson et de la viande dans des rayons de l’épicerie ou dans le surgelés », commente d’ailleurs une employée de rayon qui a répondu à notre enquête. Si c’est une réalité, cela reste encore difficile à chiffrer.

Des solutions en magasin qui se multiplient pour réduire le gaspillage alimentaire

Pour faire face au gaspillage alimentaire, les magasins multiplient les actions pour économiser ce qui représente jusqu’à 2,5% du résultat d’un magasin.

Selon notre enquête, 95% soutiennent avoir mis en place des actions pour réduire la casse et le gaspillage. Parmi les actions privilégiées : 

  • 86% des magasins pratiquent le stickage
  • 71% font du don à des associations
  • 39% vendent des paniers à prix réduit sur une application
  • 27% forment leurs équipes à l’optimisation des commandes
  • 20% utilisent un outil de contrôle des dates en rayons
  • 19% font du don pour l’alimentation animale

Autre indicateur intéressant, 27 % des répondants reconnaissent ne suivre encore aucun indicateur sur la casse pour améliorer la gestion de leur rayon et comprendre l’origine de la casse.

La lutte contre le gaspillage alimentaire est la combinaison de trois actions

Pour tendre vers le zéro déchet, les magasins ont recours à plusieurs actions. Et c’est en cumulant les solutions contre le gaspillage que l’on obtient les meilleurs résultats en grande distribution

Trois actions sont à privilégier :

  • le stickage à dates courtes : qui représente 50 à 60% de casse valorisée (moyenne constatée)
  • le don aux associations : 30 à 40% de la casse valorisée
  • les ventes des invendus via des paniers anti-gaspi : 5 à 10% de la casse valorisée

Pour accéder à notre rapport complet, c’est ici : RAPPORT COMPLET GASPILLAGE ALIMENTAIRE

https://jebosseengrandedistribution.fr/enquete-chef-de-rayon-anti-gaspi/
RSE

Jonathan Le Borgne

Éditeur de Je Bosse en Grande Distribution. Passionné par la transition numérique des entreprises. Consultant, formateur et stratège en communication digitale pour la grande distribution.