5 Choses à savoir sur Everli, l'Instacart Européen

Jonathan Le Borgne
Jonathan Le Borgne

La crise sanitaire a changé profondément les habitudes de consommation des citadins, avec une poussée inexorable du numérique. La start-up italienne, spécialisée dans la livraison de courses à domicile, a débarqué en France et a lancé le 6 février 2021 son offre à Lyon.

Fondé à Vérone en 2014, Everli, anciennement appelée Supermercato24, est une place de marché dont le modèle est proche de celui d’Instacart, la start-up américaine. La société italienne recense sur son application les références des produits des distributeurs, les clients peuvent ensuite commander en ligne, puis se faire livrer en moins de 24 heures. La start-up a commencé à franchir une étape de croissance en 2018 avec une série B de 13 millions d’euros qu’elle a suivie d’une ronde de 11 millions d’euros au début de 2020 avant la pandémie. Elle ne possède pas seulement le marché italien de la livraison de produits d’épicerie, mais elle se développe aussi dans le reste de l’Europe. Après l’Italie, Everli s’est lancée en Pologne et en République tchèque et en France. Elle est devenue le partenaire de livraison de certaines des plus grandes marques de produits alimentaires d’Europe, offrant un accès à plus de 300 000 produits dans les 70 villes où elle opère.

En 2020, les ventes d’Everli ont presque quadruplé pour atteindre 130 millions de dollars. Cette croissance se produit de plus en plus en dehors de l’Italie, son expansion internationale étant désormais responsable de plus de 20% des commandes. « Nous sommes fiers d’avoir joué un rôle en aidant de nombreuses personnes en ces temps difficiles, mais nous ne faisons que commencer, car cette industrie ne sera plus jamais la même », déclare Federico Sargenti dans un communiqué.

Le concept de Everli

Everli permet aux clients de commander des produits dans les supermarchés locaux pour se les faire livrer par le biais de « Shoppers », (des travailleurs indépendants et non des salariés d’Everli), le jour même, ou dans l’heure qui suit. La société facture des frais de livraison aux consommateurs, mais génère également des revenus à partir des frais facturés aux commerçants partenaires et, notamment, grâce à la publicité.

Le client choisit un magasin (parmi ceux dont l’offre est référencée), un personnel shopper y effectue les achats et assure ensuite la livraison chez le client avec leur propre véhicule. Ce faisant, le client n’est plus en relation (ni physique, ni numérique) avec l’enseigne. Laquelle est donc désintermédiée au profit d’Everli auquel le consommateur commande et paye. La start-up se base spécialement sur l’espace alimentaire.

Everli, déjà à Lyon, vise le marché français

La France étant devenue le quatrième pays d’implantation d’Everly, la start-up y nourrit désormais de grandes ambitions, où elle a ouvert son service à Lyon et prévoit de se déployer à Nice, Toulouse et Bordeaux dans le courant de l’année 2021. « La France constitue un important marché en Europe dans le commerce alimentaire. Les consommateurs français portent une attention particulière à la qualité du service et nourrissent une certaine appétence au click and collect et au drive, ce qui nous laisse à penser que notre modèle peut rencontrer le succès ici. Dans un second temps, le consommateur est de plus en plus enclin aux services de livraison à domicile. » a déclaré Federico Sargenti, le PDG d’Everli.

Actuellement, la marketplace alimentaire italienne est en discussion avec plusieurs distributeurs physiques français de premier rang, depuis le lancement de son offre à Lyon, mais elle n’a rien officialisé pour le moment. Le but d’Everli est à terme de pouvoir livrer dans l’ensemble des principales villes françaises

Everli est l’Instacart européen

Le modèle d’Everli s’inspire fortement d’Instacart, le site de livraison collaborative américain créé il y a une décennie et valorisé à près de 40 milliards de dollars aujourd’hui. Le consommateur peut commander des aliments dans son supermarché local, et les travailleurs indépendants les achèteront le jour même ou dans l’heure pour un coût supplémentaire. Tout comme le géant de e-commerce américain, Everli ne dispose ni d’entrepôt ni stocks.

Pas d’entrepôts

Everli se distingue des autres plates-formes de livraison. La société ne sert en effet que d’intermédiaire entre les supermarchés et les clients. Elle ne possède ainsi ni entrepôt, ni stock. Ses « shoppers » font directement les courses dans le magasin choisi par le consommateur, avant d’être relayés par des livreurs. Ce modèle permet de limiter les coûts, de simplifier la chaîne logistique et de rapidement déployer le service pour pouvoir se lancer facilement dans une nouvelle ville.

Un modèle économique souple

Everli met en avant la souplesse de son modèle : la start-up ne possède pas de stock et paie les indépendants en fonction de leur activité. Elle permet aux spécialistes de la distribution qui ne font pas de livraison et ne comptent pas en faire d’en proposer à leurs clients. Ne disposant pas d’entrepôts, l’entreprise réduit considérablement les coûts logistiques et entend résoudre la délicate équation de la livraison de produits alimentaires commandés en ligne, jugées difficilement rentables par bon de distributeurs et d’analystes. L’e-commerçant a réalisé 110 millions de volumes d’affaires en 2020.

C’est un modèle qui offre une valeur inégalée aux consommateurs, grâce à un large accès aux commerçants et aux produits qu’ils aiment, même dans les zones moins urbaines, et aux commerçants, qui sont maintenant en mesure de rivaliser à un prix abordable en ligne et d’atteindre une toute nouvelle base de consommateurs.

EnseigneDigitalQuick Commerce

Jonathan Le Borgne

Éditeur de Je Bosse en Grande Distribution. Passionné par la transition numérique des entreprises. Consultant, formateur et stratège en communication digitale pour la grande distribution.