Cosmos Energy, le petit flacon français qui veut concurrencer les grandes marques de boissons énergisantes

Jonathan Le Borgne
Jonathan Le Borgne

Cosmos Energy s’est lancé le défi de proposer une alternative saine et écologique aux boissons énergisantes ultra-sucrées. Léo Ravillon et son équipe vendent depuis maintenant 2 ans leurs « shots », avec le bassin méditérranéen comme base arrière.

Le pari est audacieux, concurrencer les plus grandes marques de boissons énergisantes. La création de Cosmos Energy était une évidence pour Léo Ravillon. Alors qu’il traitait avec des centrales d’achat chez Léa Nature, numéro 1 des sociétés françaises dans le bio, l’ardéchois s’est rendu compte du manque de boissons différenciantes et engagées en France. Mais sa conviction de créer Cosmos Energy est définitivement venue de l’étranger. Lors de son séjour aux États-Unis, le jeune entrepreneur avait remarqué ces flacons, des boissons de petites tailles, nommés energy shot. C’est ce concept qu’il a voulu revisiter avec des flacons made in France, et à sa sauce.

Des ingrédients et une recette équilibrée comme rançon du succès

Le choix de leurs ingrédients a demandé beaucoup de temps et de patience. Léo Ravillon, entouré d’ingénieurs, recherchait des ingrédients naturellement riche en caféine naturelle, c’est pour cela qu’il s’est dirigé vers le maté, une plante d’Amérique Latine, ainsi que le café vert et le guarana. Ceux-ci sont en effet réputés comme bon pour l’organisme, riches en minéraux, en anti-oxydants, et en vitamines. Cette caféine naturelle, non torréfiée, vient ainsi énergiser l’organisme par sa présence. La plupart des fabricants mettent peu d’ingrédients, et beaucoup d’eau dans leurs boissons. Cosmos Energy comporte beaucoup d’ingrédients très riches nutritionnellement et peu d’eau et de sucre, donnant ainsi aux consommateurs la possibilité de boire leur shot pur, ou dilué dans un verre d’eau plate ou gazeuse.

A partir de ces éléments, le fondateur a ensuite tâtonné jusqu’à trouver une recette équilibrée et stable. « Après un travail acharné, on a réussi notre objectif avec une date de durabilité minimale de 12 mois sur nos shots, ce qui est une performance assez remarquable pour ce type de produit qui ne se conserve pas au frais sauf après ouverture», relate Léo Ravillion. Enfin, pour assembler leurs recettes, les Marseillais collaborent au sein de l’incubateur Le Carburateur. 100 % de la fabrication de ces boissons est réalisée par Cosmos Entreprise. « Beaucoup d’entrepreneur du monde de la food y sont installés ; c’est très inspirant et cela nous aide à avancer auprès de personnes inspirantes ».

Résultat dans un comptoir de la bio, Cosmos Energy a récemment fait une animation où elle a vendu 173 unités de leurs flacons en une seule journée, une réelle fierté en ces temps de redémarrage. Ce que l’entreprise essaie de mettre en place, c’est donc ces animations en magasins, parce qu’ils ont conscience de deux choses. Premièrement, le projet est innovant, donc inconnu du grand public et parfois intrigant. De l’autre, les packs ont un contenu de petite taille à justifier, et il y a un vrai travail de pédagogie à faire parce que oui le flacon est plus petit mais il y a bien plus d’ingrédients, de meilleure qualité et moins sucrés que dans d’autres marques. Pour vendre un maximum de ses flacons énergisants, les boissons Marseillaises sont actuellement distribuées en caisse dans des petits présentoirs en bois, ce qui permet aux enseignes d’innover dans ce secteur du magasin comme l’explique Léo. « Les gens voient un petit produit local, qui fait plaisir à acheter par notre engagement pour la planète, et qui présente le label agriculture biologique. Et je considère que c’est l’une de nos forces ».

Lire aussi : La vérité sur les hard seltzers, ces boissons qui paraissent “saines”, mais qui en fait ne le sont pas

L’environnement et la santé, deux priorités

Comme beaucoup de nouvelles startup, Cosmos Energy a décidé de s’impliquer dans le combat de la protection de l’environnement. Léo Ravillon et son équipe se sont convaincus des problématiques liées au réchauffement climatique. « L’environnement va dans le sens de notre innovation, on sait qu’il y a clairement un problème et qu’il faut essayer de se bouger, parce que l’inaction peut à terme mener au désastre pour notre écosystème ». Cette démarche d’apport d’une alternative environnementale se traduit par la présence des Marseillais dans le club 1% for the planet. Concrètement, Cosmos Energy reverse 1% de son chiffre d’affaires à une association de préservation de l’environnement. Mais cet engagement n’en reste pas là. En effet, à chaque achat d’un pack Cosmos Energy, les jeunes Sudistes décident de planter un arbre. Après deux ans d’existence, ce sont désormais plus de 3000 arbres plantés qui aspirent une partie des gaz à effet de serre de l’activité humaine. « C’est une action concrète, à notre échelle, et surtout on sait à quoi cet argent sert » se félicite Léo Ravillion. Sans oublier que le format « shot » offre un packaging minimaliste, et donc écologique.

Dans le domaine de la santé, et c’est aussi pourquoi il a souhaité créer Cosmos Energy, Léo a observé que dans l’ensemble des boissons énergisantes proposées sur le marché, figurent des boosters extrêmement sucrées, réalisées avec des ingrédients parfois controversés. Par exemple, la célèbre marque représentée par le taureau a bien failli ne pas voir le jour sur le marché Français. Le gouvernement de l’époque hésitait quant à l’autorisation à la revente de ces boissons, considérées comme dangereuses voire nocives pour la santé à cause de certains édulcorants.

De leur côté, Léo et son équipe approuvent l’envie de certains de « s’énergiser ». Néanmoins, ils considèrent qu’il est parfaitement possible de s’énergiser, de façon saine, sans se détruire la santé. Pour ce faire, ils recourent uniquement à l’agriculture biologique dans l’approvisionnement de leurs ingrédients et proposent un savant mélange de plantes et de fruits d’une très grande richesse nutritionnelle, dans des boissons très peu ou pas sucrées. La santé reste le bien le plus précieux…

Lire aussi : La vérité sur les hard seltzers, ces boissons qui paraissent “saines”, mais qui en fait ne le sont pas

Food

Jonathan Le Borgne

Éditeur de Je Bosse en Grande Distribution. Passionné par la transition numérique des entreprises. Consultant, formateur et stratège en communication digitale pour la grande distribution.