« Des pour et des contre » : ce qu’en pensent les pro de la grande distribution de la vaccination

Jonathan Le Borgne
Jonathan Le Borgne

Le ministère du Travail a établi une liste des professionnels autorisés à se faire vacciner. Les métiers du commerce figurent dans cette liste de métiers.

Au total, ce sont 400 000 travailleurs de plus de 55 ans qui sont concernés, explique notamment France Info. Le gouvernement a dressé une liste de professionnels autorisés à se faire vacciner. Cette liste est composée de chauffeurs routiers, d’hôtesses de caisse ou encore d’agents de sécurité. 

Parmi les critères, le gouvernement a tenu à privilégier les professionnels travaillant dans un milieu clos ou étant au contact de la population. Ces métiers dits à risques ont été largement exposés ces derniers mois.

Les professionnels concernés pourront ainsi se faire vacciner sur réservation dans des centres de vaccination. Prérequis : il sera demandé une fiche de paye attestant qu’ils figurent parmi les métiers prioritaires par ces mesures.

À noter néanmoins que la médecine du travail vaccine déjà les employés de plus de 55 ans. Cela concerne d’ailleurs toutes les professions, peu importe que le salarié souffre ou non de comorbidités et/ou d’une pathologie à très haut risque de forme grave de Covid-19.

La vaccination, un sujet qui divise parmi les professionnels de la grande distribution

Au sein de la communauté, le sujet anime de vastes et vifs débats : « et nous alors ? » pouvait-on lire en réponse aux personnes prioritaires et autorisées à se faire vacciner. Certains professionnels réclamaient un geste plus rapide du gouvernement, « on est toujours là dernière roue du carrosse », alertaient d’autres professionnels.

Plus virulents, d’autres professionnels s’inquiètent d’être encore oubliés par le gouvernement alors même que le secteur figure parmi les plus exposés depuis un an : « la grande distribution est un des rares endroits ouverts depuis le début de l’épidémie. Toute la population vient y faire ses courses sans respecter les mesures barrières. Nous aurions dû être prioritaires depuis longtemps », s’exclame cette hôtesse de caisse qui explique croiser 8000 personnes par jour.

Alors forcément, cette mesure vient donner le sourire à certains professionnels désireux de se protéger : « je suis 100% d’accord avec cette mesure, et je n’attends que ça », sourit cet employé.

D’autres professionnels pressés n’ont même pas attendu les mesures pour aller se faire vacciner : « je suis déjà vacciné depuis 3 semaines avec Pfizer. Il faut juste aller vers 17h30 à 18h00 pour avoir les doses de la journée qui n’ont pas réussi à être injecté », précise une employée qui a fait le choix de la vaccination.

De l’autre côté, on retrouve des réfractaires au vaccin

En effet, pour d’autres, le vaccin est un indésirable : « je préfère passer mon tour et laisser ma dose avec grand plaisir », explique cet employé.

« Pas de vaccin pour moi », ajoute un confrère, « ça fait plus d’un an qu’on bosse au contact des gens et je n’ai pas attrapé la Covid. Je me dis que mes gestes barrière sont suffisants ».

MétierEnseigne

Jonathan Le Borgne

Éditeur de Je Bosse en Grande Distribution. Passionné par la transition numérique des entreprises. Consultant, formateur et stratège en communication digitale pour la grande distribution.