La grande distribution a-t-elle réellement besoin des réseaux sociaux

Jonathan Le Borgne
Jonathan Le Borgne

Difficile de passer à côté du phénomène des réseaux sociaux. Nous sommes en 2020, depuis des années maintenant, la grande distribution s’est accaparé les nouveaux outils numériques afin de développer leur visibilité. Les Facebook, Instagram & co font partie des outils quotidiennement utilisé par les supermarchés et les commerces de proximité, qu’ils soient alimentaires ou spécialisées.

Les réseaux sociaux occupent une place importante dans le quotidien des consommateurs. Avec plus de 35 millions d’utilisateurs en France, Facebook est un incontournable. Plus de 70 % des socionautes français sont actifs au quotidien.

Ignorer les réseaux sociaux, c’est ignorer la nouvelle façon pour les consommateurs de communiquer, de s’informer, de rechercher des événements, de donner leur avis sur un magasin ou une marque. Indéniablement, les réseaux sociaux sont des outils ancrés dans le quotidien des consommateurs.

Et mieux encore ! Les réseaux sociaux ont quasiment remplacé la télévision. Maintenant, le consommateur, dès qu’il a le temps, le premier endroit où il pense à aller c’est sur son smartphone. Et généralement, c’est pour aller soit sur Facebook soit sur Instagram ou sur d’autres plateformes sociales…

Face à ces nouveaux comportements de consommation, les entreprises doivent s’adapter.  Pendant longtemps la grande distribution, mais aussi les industriels, ont mis du temps à comprendre comment utiliser ses nouveaux outils numériques afin de favoriser l’engagement, tisser des liens avec leur communauté et stimuler les ventes.

Lire aussi : Le classement Facebook de plus de 3700 pages Facebook de magasins en France (classées par nombre de fans)

Comprendre l’intérêt des réseaux sociaux à l’échelle locale

Et ce que ces grands acteurs de l’économie française ont encore du mal à comprendre, c’est que pour s’assurer une forte visibilité et obtenir un retour sur investissement, cela nécessite aussi un gros engagement en ressources humaines et financières. Les métiers du numérique se sont professionnalisés et les compétences se raréfient. Si bien que le retard accusé ces dernières années deviennent difficiles à rattraper sans effort.

La force des réseaux sociaux réside dans la capacité à pouvoir créer du contenu, à le partager quasiment gratuitement sur des canaux (page facebook, compte Instagram, etc), afin de se constituer une audience, développer sa visibilité, l’engager et potentiellement augmenter ses ventes.

À ce jour, l’écosystème des réseaux sociaux est très large. Les plateformes choisies dépendent souvent du public cible. Facebook est un incontournable car il attire presque toutes les catégories d’âge. Instagram devient une très belle plateforme pour renforcer la présence de sa marque. YouTube et Snapchat fonctionnent très bien avec un public plus jeune. La newsletter, un réseau social lui aussi, revient à la mode et devient crucial pour connaître son audience et la fidéliser.

Supermarché, nouer une relation de proximité avec vos clients et dites stop aux messages commerciaux

Souvent, le premier défaut des marques envers les réseaux sociaux, c’est qu’avant d’être des outils de marketing extrêmement puissants, les plateformes sociales sont avant tout des leviers pour entrer en interaction avec son audience. Autrement dit, ce sont des lieux pour se connecter avec un public, qu’il soit local ou national. Il apparaît donc nécessaire de se constituer une audience solide avant d’allouer des ressources financières pour attirer des clients.

Une communication aux accents 100% commerciaux finit par diminuer l’engagement de la communauté. Il est ensuite très facile de réveiller cette communauté une fois que vous l’avez endormie.

C’est la raison pour laquelle les publications commerciales n’ont pas vocation à trouver une place pérenne sur les réseaux sociaux. Avant d’espérer pouvoir générer du trafic en magasin, il convient de jouer un rôle de divertissement et d’information pour s’attirer une communauté. Ce sont d’ailleurs ces magasins qui tirent leur épingle du jeu pour s’attirer de la visibilité et se démarquer de la concurrence.

Une bonne communication sur les réseaux sociaux, et cela compte pour toutes les entreprises au monde, consiste à instaurer un dialogue entre l’entreprise et le consommateur. Le piège est de tomber justement dans une communication uniquement descendante avec ses consommateurs. Les médias sociaux se sont avant tout des plateformes sociales, l’engagement est de mise !

Lire aussi : Comment réussir sur les réseaux sociaux pour un commerce

Un enjeu de marque employeur

Autre problématique naissante et dont les réseaux sociaux en sont le vecteur, celle du marché de l’emploi et du recrutement en grande distribution. Les talents au sein de la grande distribution se font rare. C’est pourquoi les réseaux sociaux doivent aussi refléter les valeurs et l’engagement de l’enseigne d’entreprise afin d’attirer les nouveaux profils dans leur équipe. Les jeunes qui désertent de plus en plus la grande distribution sont les premiers visés. 80% des candidats à un poste en entreprise consultent le compte Instagram de l’entreprise dans laquelle ils postulent.

La grande distribution doit prendre enfin le pli de toutes ces nouvelles formes de communication. Si le prospectus a encore de beaux jours devant lui, il est du ressort de ce secteur d’identifier de nouveaux canaux de communication afin de s’adapter aux changements de comportements des consommateurs.

Réseaux Sociaux

Jonathan Le Borgne

Éditeur de Je Bosse en Grande Distribution. Passionné par la transition numérique des entreprises. Consultant, formateur et stratège en communication digitale pour la grande distribution.