⚡ Des Outils, des Ressources et des Idées pour préparer le Commerce de Demain Plus d'infos

De la Terre au Rayon : Les Secrets la Pomme de Terre de Noirmoutier

Premier épisode d'une série dédiée aux producteurs locaux et leurs relations avec la grande distribution.

Jonathan Le Borgne
Jonathan Le Borgne

Derrière la destination touristique, Noirmoutier regorge d'une économie locale florissante : que ce soit l’ostréiculture et à la pisciculture, difficile aussi de passer à côté de la Pomme de terre de Noirmoutier, célèbre pour son gout et sa texture.

Et en mai, le tubercule est un produit incontournable des étals des rayons de la grande distribution. Nous sommes allés rendre visite du côté de la coopérative de Noirmoutier et de l'Hyper U de Challans pour comprendre comment est cultivé et distribué le produit.

Une histoire de famille et de terroir

La Pomme de Terre de Noirmoutier profite « d'une terre sableuse et d'un micro climat. C'est une région où il ne gèle jamais », explique Jessica Tessier, cultivatrice de la Pomme de Terre de Noirmoutier et présidente de la coopérative. Les éléments sont favorables pour permettre à l'île de cultiver les pommes de terre primeur très en avance dans la saison : « On est très souvent les premiers en France à proposer, à vendre des pommes de terre primeurs en France », tout en poursuivant, « on a la chance d'avoir un microclimat, il ne gèle jamais ».

La pomme de terre de Noirmoutier est cultivée au début du printemps : « là, on commence juste la récolte en plein champ. On récolte la première variété de pommes de terre à Noirmoutier, c'est la Sirtema », explique Jessica dans notre reportage. Elle qui a pris la suite de son père qui partait à la retraite, elle continue avec passion son métier d'agricultrice : « on a repris une véritable histoire familiale puisque dans ma famille, de mémoire d'homme, on a toujours fait de la pomme de terre à Noirmoutier. On est la quatrième ou cinquième génération. Noirmoutier, c'est toute une histoire », explique-t-elle.

Cette Pomme de Terre de Noirmoutier est un incontournable de la saison. Cette petite pomme de terre plutôt ronde a « la particularité d'être une vraie primeur », assure l'agricultrice, « c'est-à-dire que sa peau est pelleuse. Si on passe simplement le doigt dessus, la peau s'en va ». Le produit respecte un cahier des charges précis : « c'est une pomme de terre cultivée uniquement sur l'île de Noirmoutier, qui respecte un cahier des charges précis. L'IGP à minima, le label rouge. Elle est souvent plantée à la main sur billon ».

Sur l'île, plusieurs variétés sont produites : « la première de la saison, c'est la Sirtema, cette petite pomme de terre ronde. Ensuite, on trouve la Lady Christel' et l'ambassadrice de Noirmoutier, la plus connue, c'est la Bonnotte de Noirmoutier », précise-t-elle, « c'est celle qu'on vient récolter début mai, mais elle est très rare, donc on en récolte une centaine de tonnes vis-à-vis des 10 000 tonnes qu'on produit sur l'île tous les ans », termine-t-elle.

De 300 producteurs en 1945 à 22 producteurs en 2024

La Coopérative Agricole de Noirmoutier est chargée d'Histoire : « la coopérative va fêter l'année prochaine ses 80 ans. La coopérative a été créée en 1945. Il y avait à l'époque plus de 300 producteurs. Aujourd'hui, il y en a 22 », résume Nicolas Paille, directeur de la coopérative agricole de Noirmoutier et aussi directeur de l'Union coopérative Noirmoutier-Ré. Cependant, la Coopérative se bat pour maintenir les exploitations : « nous avons la chance d'avoir plein de jeunes qui y attendent, qui sont soit associés, les enfants ou des gens extérieurs ». 

Aujourd'hui, la Coopérative représente 12 000 tonnes de pomme de terre, dont 11 000 tonnes mises en marché. Pour avoir l'appellation, la Coopérative entretient un cahier des charges bien précis « qui correspond à notre savoir-faire, qui reprend le savoir-faire aussi des traditions ». La Pomme de Terre de Noirmoutier dispose aujourd'hui de son IGP, mais aussi un label rouge et un label zéro résidu pesticide : « nous avons de jeunes agriculteurs, et pour eux, moins traités, être plus proche de l'environnement, ça leur parle et ce n'est pas un élément de communication, c'est leur façon de vivre et de travailler », complète le directeur de la Coopérative.

Cette dernière clame aussi son rapprochement avec trois autres coopératives de l'île de Noirmoutier : « il y a le sel, il y a les huitres qui bientôt vont recevoir le label rouge et aussi le port de Noirmoutier avec de beaux produits comme la sole, le bar de ligne ». Ensemble, cette union a permis de «  reconnaitre un dernier label qui est le site remarquable du goût ».

Attaché à l'environnement, la Coopérative est avant-gardiste : par exemple, « les commandes de films fraicheur plastiques seront faites à partir de 70% de matières recyclées », détaille-t-il, « je pense qu'on est les seuls, en fruits et légumes, à avoir un film qui contienne autant de matières recyclées ».

💡
Le rôle de la Coopérative est de regrouper l'offre des associés coopérateurs qui représentent 95% des agriculteurs sur l'île de Noirmoutier. Ensemble, ça leur permet d'être plus forts et de mettre en moyen des communs pour pouvoir satisfaire d'un point de vue services logistiques, nos clients, et notamment la demande des chefs de rayon des grandes surfaces.
« Quand un magasin passe une commande, la pomme de terre n'est pas encore arrachée ».

Comment mettre en avant la pomme de terre de Noirmoutier en magasin

En rayon, les managers ont la responsabilité de valoriser ce produit de terroir. Du côté de l'Hyper U de Challans, situé à quelques kilomètres de Noirmoutier, la démarche est claire et correspond à une stratégie commerciale de l'enseigne Coopérative U : « on essaye de travailler un maximum en local, de manière à mettre les producteurs locaux en avant », résume Stéphane, le chef de rayon fruits et légumes du magasin.

Pour lui, la Pomme de Terre de Noirmoutier est un incontournable de la saison : « la Noirmoutier, c'est vraiment une pomme de terre qui est incontournable. On est sur la route pour aller à Noirmoutier, c'est un passage obligé. La pomme de terre de Noirmoutier, c'est un produit local et c'est aussi un produit d'appel », complète le chef de rayon, « on essaye de la mettre en avant régulièrement de manière à ce que le consommateur puisse bénéficier du meilleur tarif. Le client va vraiment rechercher ce petit goût si particulier. La pomme de terre de Noirmoutier, il peut la manger avec sa peau et avec une petite noisette de beurre en supplément ».

Sur ce genre de dispositif, le magasin s'appuie notamment sur Promofel dont la mission est de mettre en lumière les produits de la terre : « c'est un vrai partenaire. Quand ils viennent faire une mise en avant, c'est un vrai plus pour le magasin ».

Pour Stéphane, cette Pomme de Terre mérite de telles mises en avant durant la saison. Parmi les bonnes pratiques, il résume : « la première manière de la mettre en avant c'est surtout de bien effectuer les rotations, de mettre en rayon que ce qui va se vendre dans la journée, et de ne pas en mettre plus ». Faire de bonnes rotations c'est s'assurer que le client puisse « retrouver un produit sain ».

Circuit-CourtConsoMétier

Jonathan Le Borgne Twitter

Éditeur de Je Bosse en Grande Distribution. Passionné par la transition numérique des entreprises. Consultant, formateur et stratège en communication digitale pour la grande distribution.

commentaires