⚡ Des Outils, des Ressources et des Idées pour préparer le Commerce de Demain Plus d'infos

Comment le rapport du GIEC peut aider la grande distribution à accélérer sa décarbonation

La grande distribution avance progressivement dans sa transformation RSE.

Beatrice Heraud

Le changement climatique, ça vous parle mais les rapports du GIEC beaucoup moins ? Pas de panique, on vous dit ce qu’il faut en retenir pour le secteur !

#1 Le changement climatique est causé par nos activités humaines et il est plus rapide que prévu

  • La planète s’est réchauffée en moyenne de 1,1°C en 2021 par rapport à l’ère pré-industrielle (1850). C’est 1,7°C en France. Au rythme de développement actuel, le réchauffement climatique pourrait atteindre 2,7°C en 2100.
  • Les événements météorologiques extrêmes (sécheresses, inondations, tempêtes, incendies..) seront plus fréquents et plus intenses. Ils peuvent aussi survenir simultanément, avec des « répercussions en cascade de plus en plus difficiles à gérer », souligne le GIEC. Cela affecte les récoltes, l’approvisionnement des marchandises et la ressource en eau. On note déjà un impact sur le prix des aliments.
  • Ces effets sont irrémédiables, même si on limite le réchauffement à 1,5°C ou 2°C, qui sont les objectifs de l’Accord de Paris adopté par les Etats en 2015.
  • La santé des populations (nouvelles maladies, dégradation des conditions de travail…) et des écosystèmes est menacée. La moitié de la population mondiale est déjà très vulnérable au changement climatique.

#2 Limiter le réchauffement demande de réduire dès maintenant notre consommation globale et en particulier énergétique

Pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris, les émissions de gaz à effet de serre (GES) doivent atteindre leur pic en 2025, autant dire demain ! Et ce n’est pas tout. Si l’on veut limiter le réchauffement à 1,5°C, il faudra aussi réduire les émissions de GES globales de 43% d’ici 2030 et de 84% d’ici 2050 par rapport à 2019  (avec une baisse de 34% pour le méthane). Pour comparer, quand la pandémie de COVID-19 a paralysé l’économie mondiale en 2020, les émissions de GES liées à l’énergie ont baissé de 5,8% dans le monde. Si l’on suit le GIEC, plus question donc de financer de nouvelles infrastructures d’énergies fossiles. Il faudra même en abandonner une partie avant leur fin de vie prévue.

Mais des solutions existent. En réduisant notre consommation, notamment énergétique, on devrait pouvoir réduire nos émissions de GES de 40 à 70% d’ici 2050. Voici quelques leviers pour la grande distribution :

  • Construire des bâtiments plus économes en énergie et réduire la consommation d’énergie ;
  • Réduire l’utilisation des transports. Plus de marche, de vélos et de véhicules électriques y compris pour l’acheminement des marchandises (même en intégrant les risques environnementaux et sociaux de la production de batteries). Pour le transport maritime et aérien, les réductions significations d’émissions de GES demandent encore de la R&D ;
  • Réorganiser et rendre accessibles les villes, zones urbaines et commerciales à pied ou à vélo ;
  • Réduire la surconsommation et le gaspillage alimentaire et développer l’économie circulaire ;
  • Développer un régime alimentaire basé sur le végétal (régime végétarien) ;
  • Réduire l’artificialisation des sols et la déforestation ;

#3 Les conséquences sont déjà là, il faut s’adapter dès maintenant

Jusqu’à présent, les efforts ont porté sur la réduction des émissions de GES mais le GIEC insiste sur le besoin de travailler dès maintenant sur l’adaptation au changement climatique. Si on ne le fait pas, le montant des investissements à réaliser sera encore plus lourd, notamment pour les infrastructures (transport, énergie, numérique, eau…). Les routes, rails, entrepôts ou réseaux d’électricité peuvent en effet être endommagés par les inondations, tempêtes et sécheresses, provoquant des difficultés pour l’acheminement ou le stockage des marchandises. Cette adaptation est aussi vitale pour la sécurité alimentaire car certains végétaux et animaux sont déjà très affectés par le changement climatique et les autres pressions humaines (déforestation, artificialisation des sols, pollution…).

Mais pour ne pas empirer la situation avec de fausses-bonnes solutions, il faut penser global et sur le long terme, en intégrant aussi la biodiversité ou les impacts sociaux. Par exemple, une mesure de confort immédiat comme la climatisation renforce le changement climatique en émettant beaucoup de gaz à effet de serre.

#4 La grande distribution a un rôle à jouer

Et la grande distribution dans tout ça ? Si le secteur n’est pas intuitivement considéré comme l’un des plus gros secteurs émetteurs, son rôle d’intermédiaire le rend pourtant clé dans la lutte contre le changement climatique. La grande distribution a ainsi un rôle de prescripteur dans les modes de consommation. Par exemple, en privilégiant le bio, le vrac et le végétal, en évitant les promotions incitant à l’achat (ex : réduction sur les lots multiples) ou en réduisant le gaspillage alimentaire (ex : gestion des stocks et travail sur les dates de péremption).

C’est aussi en tant que donneur d’ordre de premier plan auprès des producteurs agricoles ou des fabricants de biens d’équipement et de vêtements que les enseignes sont visées par des procédures d’ONG liées au climat. Le secteur est ainsi attaqué sur son manque de vigilance concernant le changement climatique mais aussi la déforestation liée à l’élevage et au soja, ou plus récemment, sur l’utilisation du plastique. Plusieurs enseignes – Casino, Auchan, Carrefour, Les Mousquetaires- ont été mises en demeure de changer leurs pratiques par Notre Affaire à tous ou Zero waste.

Enfin, le secteur a une responsabilité dans l’artificialisation des sols. « No parking, no business » a-t-on longtemps entendu. Résultat : 60 millions de m2 de parking, des milliers d’hectares d’entrepôts et autant de kilomètres de routes construites pour y accéder. En adoptant un objectif de zero artificialisation nette, la loi Climat et résilience a marqué un coup d’arrêt à l’extension des zones commerciales et le secteur assure agir sur la revitalisation des centres villes, la végétalisation et la verticalisation des commerces et parkings (superstructures).

#5 Le secteur agit mais doit encore faire des (gros) efforts.

Difficile de connaître la part de la grande distribution dans les émissions de gaz à effet de serre et même leur volume en France. Ce travail est prévu pour 2023, avec l’Ademe et Perifem.

Le secteur travaille sur la décarbonation des activités depuis plusieurs années déjà, essentiellement pour ses activités directes.

  • Le plus gros succès : la réduction de ses émissions de gaz à effet de serre liés aux fluides réfrigérants, l’un des plus gros postes émetteurs du secteur. « En 10 ans, c’est une quasi révolution », estime Franck Charton, délégué général de Perifem. Avec la fermeture des meubles frigorifiques et la limitation des fuites de fluides, ce poste qui pouvait compter jusqu’à 30% des émissions directes d’un magasin s’est réduit à quelques pourcents, assure la fédération. Au vu des montants engagés (1 million d’euros en moyenne par installation), la profession se mobilise toutefois pour prolonger les mesures d’amortissement fiscal.
  • Pour le transport des marchandises, autre gros poste d’émission, les mesures se sont concentrées sur la décarbonation du « dernier kilomètre », l’électrification des flottes et le recours au biométhane. Selon  l’Observatoire de la distribution responsable 2021 , ces émissions de GES ont diminué de 12% entre 2020 et 2018, alors que le nombre de palettes transportées a crû de 2%. Mais c’est toute la logistique qui est à repenser.
  • Le secteur, responsable de 14% du gaspillage alimentaire en France, a travaillé sur la gestion des stocks, la valorisation en biométhane et le don aux associations, notamment dans le cadre de la loi AGEC. Prochaine étape selon Perifem : travailler sur les œufs et les produits secs. Mais c’est aussi la surabondance de produits qu’il faut revoir.
  • Certaines enseignes travaillent sur des offres plus larges en bio (environ 50% du chiffre d’affaires du bio réalisé dans les grandes surfaces selon l’agence bio), vrac et végétal. Et la loi Climat et Résilience, imposera 20% de surface de vente en vrac dans les magasins de plus de 400 m2.

Enfin, c’est la consommation d’énergie des magasins qui pèse lourd dans le bilan carbone des grandes surfaces. La lutte contre le changement climatique combinée à la hausse des prix liée à la guerre en Ukraine a conduit à l’adoption d’un protocole de sobriété qui entre en vigueur ce 15 octobre. Parmi les mesures annoncées : l’extinction des enseignes lumineuses dès la fermeture du magasin, couper le renouvellement d’air la nuit, réduire l’intensité lumineuse ou baisser la température ambiante des points de vente. Ce dernier point est d’autant plus important que près de la moitié des magasins français sont aujourd’hui chauffés au gaz selon Perifem. Dans ce contexte de double crises, la grande distribution mise aussi les énergies renouvelables. Tant mieux car un projet de loi prévoit de leur demander la couverture de la moitié de leurs parkings par des ombrières couvertes de panneaux solaires. Un investissement estimé à 9 milliards d’euros.

Là où le bât blesse, c’est sur les émissions amont et aval (scope 3). Or, c’est le très gros des émissions de gaz à effet de serre du secteur (entre 95 et 98%). Pour Auchan Retail par exemple, c’est 96% de leurs émissions totales, notamment du fait de la production alimentaire et du transport des marchandises. Reste aussi un gros effort à faire sur l’adaptation, une thématique qui n’est aujourd’hui pas prise en compte par le secteur, et à engager toutes les enseignes dans un vrai travail de transparence sur leurs impacts écologiques.

Béatrice Héraud

🤝
Article en collaboration avec l'ADEME dans le cadre du plan Agir pour la transition.
RSE

Beatrice Heraud Twitter

Journaliste depuis près de 20 ans, je suis l'actualité de la transformation écologique (ou pas) des entreprises et acteurs financiers.

commentaires