Une enseigne met en place des caisses « bavardes » pour réduire la solitude des « petits vieux »

Revenir aux bases du commerce, créateur de lien social.

Jonathan Le Borgne
Jonathan Le Borgne

Voilà une initiative peu commune. Aux Pays-Bas, l'enseigne Jumbo vient d'annoncer le déploiement de caisses « bavardes » spécialement conçu pour réduire la solitude d'une catégorie de sa clientèle. Le premier test initié dans le pays en 2019, et largement approuvé depuis, va donc être élargi à 200 de ses magasins. Un magasin belge sera concerné par un test en 2022.

Attention, petite révolution en cours en grande distribution. Alors que les enseignes tendent à supprimer le contact humain et accélérer sur l'automatisation (dixit les magasins sans caisse), l'enseigne Jumbo a confirmé déployer des caisses « bavardes » dans 200 de ses magasins aux Pays-bas après une première opération testée et approuvée dans le pays.

Contribuer à la réduction et à la prévention de la solitude

Les caisses « bavardes » ont pour objectif de sortir du rythme infernal des magasins, de proposer une expérience plus lente et de permettre d'offrir du temps pour discuter avec la caissière (ou le caissier). La cible visée par cette initiative est principalement les « personnes âgées » pour qui le magasin reste un lieu socialement indispensable pour lutter contre leur isolement. Néanmoins, l'opération a aussi montré qu'une population de « jeunes » empruntait cette caisse.

Pour assurer le déploiement, Jumbo entend former ses hôtes et hôtesses de caisse rapporte notamment ce site d'information belge : « Jumbo veut contribuer à la réduction et à la prévention de la solitude aux Pays-Bas », indique Paulien Straeter, le porte-parole de l’enseigne Jumbo dans les colonnes du média.

Quelques initiatives de caisses lentes en Europe et en France

L'opération n'est pas totalement inédite. En Écosse déjà, l'enseigne Tesco a déjà mis un test à l'épreuve en 2017 en créant une caisse lente toujours dans le même objectif de réduire l'isolement des personnes vulnérables en public.

L'idée mérite d'être développée dans les magasins : « en tant que caissière, je trouve ça intéressant. J’ai déjà eu affaire avec ce type qui voulait systématiquement passer avec moi, car ils savaient que je leur donnais une attention qu’ils ne trouvaient pas chez d’autres de mes collègues ». Même réflexion auprès de ce directeur de magasin : « les hôtes et hôtesses de caisse une utilité sociale et relationnelle pour fidéliser les clients. On tend à plus de sbam [sourire, bonjour, au-revoir, merci] et vers des relations sincères et authentiques. C'est une valeur ajoutée que l'e-commerce pourra difficilement digitaliser ».

En France, c'est du côté de l'Hyper U La Montagne en Loire-Atlantique qu'une caisse lente a été installée : « l’idée est très bien accueillie, les clients sont ravis de pouvoir discuter un moment avec l’hôtesse présente. Ça parle de tout et de rien sans devoir forcément se presser », nous avait expliqué un responsable du magasin.

Enseigne

Jonathan Le Borgne

Éditeur de Je Bosse en Grande Distribution. Passionné par la transition numérique des entreprises. Consultant, formateur et stratège en communication digitale pour la grande distribution.