Des magasins initient des caisses lentes pour lutter contre l’isolement social de leurs clients seniors

Une idée encore peu développée en France.

Jonathan Le Borgne
Jonathan Le Borgne

C’est une initiative qui donne du baume au coeur et qui rappelle à quel point le commerce est un lieu de rencontre et d’échanges. Les caisses lentes ont fait leur apparition aux Pays-Bas au sein de l’enseigne Jumbo. Depuis, quelques initiatives fleurissent en France chez Carrefour et Système U. En période de confinement, cela prend tout son sens.

On les appelle les caisses lentes. Ces caisses pour papoter permettent à des clients en situation d’isolement de prendre leur temps. Des initiatives qui vont à l’encontre du secteur de la grande distribution réputé pour sa demande de productivité envers ses équipes. Cette fois, c’est le client qu’on bichonne.

Forcément, c’est une décision qui va à contre-courant. Ces caisses lentes sont souvent spécialement dédiées aux personnes âgées qui souffrent d’isolement. Beaucoup de clients seniors apprécient pouvoir discuter calmement, ne serait-ce que 5 minutes, avec l’hôtesse de caisse sans subir la pression des clients pressés derrière eux.

Un moyen de lutter contre la solitude de certains clients

Les magasins sont des lieux d’interactions. C’est d’ailleurs le propre du commerce. Certaines hôtesses de caisse apprécient l’initiative sans pour autant la pratiquer au sein de leur magasin : « cela devrait être obligatoire, car certaines personnes sont dans une solitude c’est fou », encourage l’une d’elles, « une initiative à contresens de la productivité galopante  », résume même l’une d’elles.

Ces caisses lentes, pour les magasins qui la pratiquent, sont bien accueillies par les clients comme le témoigne d’ailleurs cette hôtesse de caisse : « cette idée fait du bien à nous aussi, c’est important d’échanger quelques mots. Ça apporte le sourire des deux côtés. On est là pour bosser, certes, mais on n’est pas des machines, on est aussi humains. Les clients viennent aussi pour le contact », explique-t-elle en pointant du doigt d’ailleurs le développement des caisses automatiques. « La solitude peut tuer des gens », poursuit une autre, « leur accorder quelques minutes est quasi vital ».

Des initiatives de caisses lentes en France chez Carrefour et Système U

Chez Carrefour, on les appelle les « bla bla  caisses ». Initiée en 2019 au Carrefour Dijon Toison d’Or, cette installation s’inscrivait dans le cadre du plan de transformation des hypermarchés.

Les « bla bla caisses » figurent parmi les innovations pour les clients qui ont envie de discuter et prendre leur temps. Une idée qui démontre que le rôle de la caissière en magasin est encore vecteur de lien social : « le concept existe déjà depuis plusieurs mois au Carrefour où je travaille », nous explique l’une d’elle, « c’est toujours la même caissière qui y est , ça a l’air de lui plaire , elle adore parler », sourit-elle.

On a également retrouvé une initiative similaire chez Système U, cette fois à l’Hyper U de La Montagne en Loire-Atlantique. Selon nos informations appelé BlaBla Caisse, le concept serait en test au sein de l’enseigne : « l’idée est très bien accueillie, les clients sont ravis de pouvoir discuter un moment avec l’hôtesse présente. Ça parle de tout et de rien sans devoir forcément se presser », raconte un des responsables du magasin.

Une idée qui mérite de germer en France. Le contexte du confinement isole encore davantage certaines personnes dans leur quotidien.

Enseigne

Jonathan Le Borgne

Éditeur de Je Bosse en Grande Distribution. Passionné par la transition numérique des entreprises. Consultant, formateur et stratège en communication digitale pour la grande distribution.