Bam&co joue avec les associations de saveurs et casse les codes de la consommation

Jonathan Le Borgne
Jonathan Le Borgne

Créée par Katia Paré depuis 2 ans, Bam&co propose biscuits, céréales et autres confitures. Soucieuse de la qualité au sens large, cette marque séduit bien au-delà du réseau conventionnel. Le carton n’est plus très loin.

« J’étais rentré dans une manie de tout faire moi-même. Je me suis donc dit qu’il fallait que je développe des recettes ». La perte de confiance de Katia Paré envers l’offre proposée en grande distribution l’a ainsi convaincu d’agir et d’entreprendre. Elle en a eu en effet ras-le-bol de ne rien trouver à sa convenance et de tout faire elle-même. « Ai-je une valeur ajoutée à apporter à ce qui existe déjà en rayon ? » La réponse allait être oui. C’est donc à travers des concepts existant aux États-Unis ou au Canada qu’elle s’est interrogé dans le but de trouver une texture super-croquante, sans rajouter de l’huile ou du sucre, tombant ainsi sur la compote de pommes. Depuis, la gamme s’est bien élargi.

Lire aussi : Bien manger, au bureau où à la maison, c’est le défi du Bon Bocal

Des ingrédients méticuleusement choisis

Confiture avec une tenance de 80% en fruits, sucre brut prenant la place du sucre blanc, au revoir la présence de pectines pour…la graine de chia. Et ceci est presque dû au hasard. « Un matin alors que je prenais mon petit-déjeuner, j’avais laissé des graines de chia dans mon bol de lait et j’ai vu qu’il avait gélifié. C’est comme ça que l’on s’est décidé à l’intégrer dans les confitures » relate Katia Paré. Résultat, les céréales sont bien moins sucrés que celles des marques traditionnelles. Les biscuits chocolat noisette, eux, sont imprégnés de la purée d’amande complète, de farine de riz complet. Uniquement des ingrédients peu transformés même si la vigilance reste de mise concernant le goût. En effet, l’objectif étant que lorsqu’un client décide de choisir un biscuit chocolat noisette, il ne doit pas se priver en consommant Bam&co. C’est ce qui plaît aussi chez ce consommateur, cette audace et cette authenticité. « Pour une marque bio, on vient casser les codes, on a de la couleur un peu partout, avec des paquets bleus, jaunes, rouges, qui représentent la naturalité ainsi que nos ingrédients à travers les illustrations ».

Une offre qui séduit la grande distribution

Souhaitant dès le départ se diriger vers le réseau de la grande distribution, Katia Paré a réalisé son désir. Heureuse de sa collaboration avec Carrefour qui dure depuis maintenant 1 an, elle décide d’élargir son champ d’action et se tourne vers Auchan, Super U, ou Intermarché, en direct, avec une promesse produit avec la fabrication des produits Bam&co à proximité de leurs enseignes, accord gagnant-gagnant. D’ailleurs, la Parisienne vient de signer un contrat avec Monoprix, normalement débutant pour la rentrée de septembre. Mais pourquoi ce succès ? Katia Paré l’explique par une stratégie audacieuse, notamment sur son image de marque dans le bio. « Peu de gens vont sur ce terrain-là, pour être crédible sur le bio, il faut que l’emballage soit obligatoirement vert, ce n’est pas notre conception, d’où notre différence. On le fait à l’humain ». Cette année s’annonce tout aussi prometteuse avec le lancement d’une nouvelle gamme. Celle-ci, nommé Bam&co Création, sera déstinée aux épiceries fines et sera lancée dans 10 jours avec des recettes exclusives. « On a travaillé depuis début Janvier, le temps de bien structurer la gamme, d’être sur de notre qualité et de notre compétitivité. C’est vrai que les consommateurs sont prêts à mettre un peu plus cher mais faut-il que la promesse soit tenue ! »

Les transports s’invitent aussi à la tablé

Pour distribuer ses produits, beaucoup pensent aux seuls réseaux de grandes distributions ou de petites enseignes spécialisées. Mais quelques-uns oublient d’autres canaux de distribution, également porteurs. Ce sont donc des entreprises comme Corsair ou la SNCF qui ont été séduites par l’offre Bam&co, cette offre qualitative, rassurante et non culpabilisatrice. Oui, dans les épiceries ou la grande distribution, la qualité demeure reine, mais pas moins que dans les transports puisque in fine, c’est le client roi qui consomme. Katia Paré explique ses nouvelles relations avec la SNCF parce que leur responsable approvisionnement travaille dans un espace co-working dans lesquels sont présents des produits Bam&co. « Il a retenu l’image de marque complètement disruptive. Il a remarqué le label bio, le fabriqué en France, et c’est dit banco ! Il trouvait qu’on rassemblait tous les critères. L’originalité, la couleur, la gourmandise ». Après 1 an de pourparlers, Bam&co espère aboutir avec la SNCF dans les prochains mois. Ce partenariat représenterait en effet beaucoup de volumes et de visibilités pour une startup qui n’en manque déjà pas.

Pas si simple de se lancer dans le grand bain

La vie est loin d’être un long fleuve tranquille, mais l’entreprenariat l’est aussi. Pour certains, il faut posséder l’argent, où avoir un bagage d’expérience. Katia, elle, admet la chance qu’elle a eu d’appartenir à une famille qui à ce gène d’entreprendre. « On m’a beaucoup soutenu dans mes choix, même si j’étais seule et que c’est la première fois que je crée ma startup ». Cette création s’accompagne ensuite par le recrutement de futurs collaborateurs, ceux qui se chargeront du développement de la marque et de faire tourner la machine. C’est le deuxième nerf de la guerre, un choix basé sur la confiance et un peu de flair. Par chance, la Parisienne est tombé sur des personnes Bam&co compatible, avec le même état d’esprit que le sien, celui d’associer les énergies et les idées au profit d’une cause noble et novatrice. Une histoire de rencontres.

Food

Jonathan Le Borgne

Éditeur de Je Bosse en Grande Distribution. Passionné par la transition numérique des entreprises. Consultant, formateur et stratège en communication digitale pour la grande distribution.