Les 6 engagements agroécologiques de Bonduelle pour la planète

Jonathan Le Borgne
Jonathan Le Borgne

Moins de plastiques, moins d’additifs, biodiversité… Bonduelle prend le tournant d’une consommation responsable. Consommer plus responsable devient une préoccupation majeure. Cette transition agro-écologique, qui se mène au bénéfice du consommateur et de l’environnement, les industriels l’ont bien saisi. Exemple avec Bonduelle.

Manger mieux. Manger sain tout en respectant la planète, c’est non seulement une préoccupation des consommateurs mais c’est aussi, et surtout, la responsabilité des industriels. En chef de file des engagements sociétaux, le groupe Bonduelle s’engage dans cette transition alimentaire. Le groupe a notamment fait évoluer ses emballages pour affirmer son engagement pour une alimentation plus responsable : « la ligne de conduite de Bonduelle, c’est le socialement responsable, c’est l’éthique, tant au niveau des équipes que des produits qu’elles proposent » commente d’ailleurs Camille Planchin, chef de marché chez Bonduelle que nous avons interrogé.

Une suppression des couvercles et une suppression du suremballage, un engagement pour des emballages plus respectueux de la planète

Le plastique, c’est du presque du passé (en tout cas les industriels mène de front ce combat. Place à des matériaux plus responsables et non polluants. Bonduelle va même plus loin avec l’objectif 100% d’emballages réutilisables ou recyclables à l’horizon 2025. La marque s’appuie sur des enquêtes conso dans lesquelles 72% des consommateurs indiquent placer la recyclabilité comme l’atout environnemental numéro un d’un emballage : « 22 centimes, c’est la dépense supplémentaire moyenne qu’un français est prêt à consentir pour un emballage plus respectueux de l’environnement », nous explique d’ailleurs Camille Planchin.

Pour tenir cet engagement, le groupe s’attèle à ce que ses matériaux soient compatibles avec les filières de recyclage. Bonduelle travaille ainsi sur l’alliage entre l’écologie et la conception des emballages, notamment en matière de poids, dans le but de réduire l’utilisation de matières d’origine fossile. Même si l’avenir se veut uniquement « vert », le groupe n’a pas attendu cette mode écologique pour s’installer dans l’ère du temps.

Dans les rayons frais des magasins, Bonduelle a donc allégé de près de 50% le poids des barquettes par l’amoindrissement de leur épaisseur ainsi qu’au retrait des couvercles pour les formats 300g et 320g. Cette évolution a nécessité des impacts à double échelle : tant au niveau de la production que de la distribution. “Les barquettes disposent désormais d’un opercule renforcé, et les colis en carton ont été retravaillés afin de pouvoir assurer un transport optimal des produits, de nos usines jusqu’aux magasins.”

En rayon, le retrait du couvercle a surpris quelques managers « croyant à une erreur au niveau des usines », ironise Camille, tout en expliquant les avantages de cette décision : « les premiers retours clients sont très bons, notamment parce que le retrait du couvercle fait gagner un léger espace sur la hauteur, ce qui permet parfois d’empiler un produit supplémentaire et donc de gagner en capacité rayon. C’est tout bête, mais on n’y pense pas forcément au début ».

Afin d’accompagner au mieux les consommateurs dans ce changement, Bonduelle propose pour l’achat de 2 produits de la gamme une opération promotionnelle permettant de recevoir un emballage réutilisable à base de coton et cire d’abeille, permettant de conserver tout type d’aliment de manière la plus responsable possible.

Côté surgelés, la marque propose un nouvel emballage végétal, issu de la canne à sucre et composé là aussi à près de 50% de matière biosourcée.

Bonduelle propose récemment une opération visant à accompagner les consommateurs dans le retrait du couvercle. La marque offre pour chaque achat des “bee wraps” fabriqués en Cirophane.
« Notre positionnement est clair et cohérent », explique d’ailleurs Camille Planchin, chef de marché au sein du groupe, « nos marques affichent une belle proposition de gamme sur du bio, et récemment nous avons commencé à intégrer sur nos salades bio du plastique recyclé. ».

Voici 5 autres engagements agro-écologiques que la marque prévoit de tenir s’est écrit pour les années qui viennent.

Favoriser l’origine France en respectant les saisons

Le made in France a la cote en ces temps d’épidémie. Pour favoriser l’économie locale et les acteurs du territoire, la fabrication locale et la possibilité de consommer des produits dont la provenance est connue, est aujourd’hui largement plébiscitée par les consommateurs.

Pour répondre à ce besoin, Bonduelle cultive 80% de ses légumes sur le territoire français, grâce à ses producteurs. Ce sont ainsi plus de 30 variétés produites, cueillies à maturité (parce que 100% des produits cultivés sont de saison) qui sont proposées en frais, traiteur, surgelé et appertisé. Le nombre de légumes récoltés en France est impressionnant :  carottes, betteraves, macédoines, pommes de terre, céleris, salade, haricots, et pois proviennent tous du sol hexagonal.

Encourager la réduction des pesticides

Pour permettre la réduction des pesticides et autres produits nuisibles pour la santé, il faut convaincre les agriculteurs. Pour cela, Bonduelle, qui peut se targuer et s’appuyer sur un partenariat avec plus de 2000 agriculteurs européens, possède une capacité d’influence non négligeable.

Cette volonté de transformation des méthodes de cultures et de recherche d’alternatives se caractérise par le partage d’idées avec ses partenaires agricoles. Désherbage mécanique, filets anti-insectes ou mise en place de couverts végétaux, la marque sensibilise et encourage ses partenaires à adopter des techniques agro-écologiques. Dans ses 3 fermes pilotes, Bonduelle s’assure de déployer des techniques culturales et alternatives sr 100% des surfaces cultivées par le groupe.

Aider à la sauvegarde de la biodiversité

Les raisons de préserver cette biodiversité ne manquent pas. Les prairies et les forêts riches en espèces peuvent stocker davantage de carbone, et les paysages offrent une riche mosaïque d’habitats appréciés.

Ainsi, le groupe Bonduelle s’engage, en accord avec les agriculteurs, à cultiver le plus naturellement possible dans l’optique de protéger la biodiversité ainsi que les sols. Pour s’assurer du respect de ce pacte pour la nature, la marque évalue ses partenaires à partir de sa charte agronomique de 1996. Celle dernière encourage notamment à l’utilisation de semences sans OGM, aux rotations des cultures, ainsi qu’à une gestion raisonnée de l’eau, bien rare et précieuse.

Dans les faits, les producteurs de salades, par exemple, n’utilisent de pesticides ou d’engrais chimiques qu’en dernier recours. Ils laissent également des bandes de terre, des bandes fleuries ou des haies autour des cultures pour favoriser naturellement la biodiversité.

« La consommation responsable nécessite une vraie pédagogie. Je pense que ça doit être initié par les fournisseurs et transcrit par les distributeurs. C’est un travail qui se fait conjointement ».

S’engager à réduire les additifs dans nos recettes

Les pesticides et tout autres produits chimiques deviennent des fléaux sanitaires et un danger pour les plus fragiles d’entre nous. C’est pour cela que Bonduelle réduit la présence d’additifs dans ses différentes gammes.

Concrètement, depuis 2014, la marque revendique des recettes sans huiles de palme, sans graisse saturée, sans colorant et conservateur. Ces recettes se veulent donc en adéquation avec la charte de développement produits que Bonduelle s’engage à respecter. Celle-ci garantit d’autre part l’excellence nutritionnelle par l’intégration de la marque au Nutriscore sur l’ensemble de ses produits, qui pour 98% d’entre eux sont classés Nutriscore A ou B.

Proposer toujours plus de produits issus de l’agriculture biologique

Le pacte de confiance entre les agriculteurs et la marque Bonduelle n’est plus à démontrer. Cette dernière va encore plus loin, en offrant davantage de produits bio, et en garantissant des débouchés à ses producteurs. Pour leur faire prendre conscience des enjeux environnementaux d’avenir, la marque encourage ses partenaires à la conversion vers une agriculture biologique, par l’intermédiaire de visites hebdomadaires aux champs.

En magasin, cela se traduit par la présence de 21 références bio cette année contre seulement 3 en 2017. Exemple sur les salades, Bonduelle est le premier acteur grâce à 5 références de salades en sachet : une gamme bio 100% française en surgelé, et une nouvelle gamme « traiteur bio » composé de carottes râpées, taboulé oriental et coleslaw.

RSEFoodConso

Jonathan Le Borgne

Éditeur de Je Bosse en Grande Distribution. Passionné par la transition numérique des entreprises. Consultant, formateur et stratège en communication digitale pour la grande distribution.