Klo, nouvelle enseigne de déstockage des grandes marques

Jonathan Le Borgne
Jonathan Le Borgne

Depuis quelques mois, à travers la France, une enseigne nommée Klo annonce succéder à des magasins Tati. Elle se présente comme un nouveau spécialiste du déstockage de produits de marques.

Même si la pandémie de la Covid-19 a bousculé les plans économiques, six anciens employés du groupe Tati, dont l’ex-directeur des opérations, Christophe James, ont développé une nouvelle enseigne en France, sous le nom de Klo. Une chaîne de magasins de déstockage accessible aux particuliers comme aux professionnels, qui offre des produits de grande qualité et de marques de renommées aux meilleurs prix. L’enseigne a ouvert 29 nouveaux magasins remplaçant la marque Tati.

Quel est le concept de Klo

La vente en déstockage de grandes marques. Les magasins proposent environ 1500 produits de belles marques sur des produits du quotidien, de l’hygiène à l’alimentaire, mais aussi du textile, à prix cassés. Les magasins d’une surface moyenne de 1 650 m² se veulent bien rangés et lumineux. Une façon de se démarquer par rapport à la concurrence.

KLO se fournit via des sur-stocks provenant directement d’industriels ou de distributeurs. La marque veut privilégier les achats en circuit court pour éviter les réseaux de distribution coûteux, et ainsi les éventuelles dépenses de stockage et de transport.

Si la plupart des articles sont présentés en rayon, il est également possible d’acheter certains articles en lots pour des prix plus bas, directement vendus sur palettes. Klo a mis en ligne un site internet, permettant d’acheter directement ses produits en ligne.

Un marché très concurrentiel

Depuis plus de quarante ans, les enseignes de déstockage installent leurs points de vente partout en France. Entre Action, GiFi, Stockomani, Normal, B&M (ex Babou) ou encore Noz, de nombreuses enseignes se disputent déjà la place. Le concept qui a fait leur succès : des magasins sans fioritures, des références de produits limitées, mais la promesse de petits prix, inférieurs à ceux affichés par la grande distribution traditionnelle.

Cependant, Sophie Fécamp, directrice communication et digital de Klo, se montre confiante : “Ce qui nous différencie des enseignes présentes sur le territoire, c’est la proportion de marques en vrai déstockage. Nos clients connaissent les prix de ces produits repérables et comprennent immédiatement nos positionnements prix”.

De plus, les articles proposés aux clients devraient être variés, car les arrivages seront quotidiens, mais “l’offre sera” également “différente d’un magasin à l’autre”, souligne la directrice communication et digital.

Concept

Jonathan Le Borgne

Éditeur de Je Bosse en Grande Distribution. Passionné par la transition numérique des entreprises. Consultant, formateur et stratège en communication digitale pour la grande distribution.