4 erreurs de management à éviter d’urgence en grande distribution

Jonathan Le Borgne
Jonathan Le Borgne

Manager en grande distribution réclame patience, passion, endurance, écoute et bon sens. Comme on le dit souvent, Manager en grande distribution c’est un peu comme faire 10 métiers à la fois. Il faut savoir jongler encore l’opérationnel et les actions stratégiques terrain.

En grande distribution, qu’on y ait travaillé ou qu’on y travaille encore, on se souvient tous d’un manager qui nous porte vers le haut et on retient aussi celui qui a tiré l’équipe vers le bas.

Car au fil des ans, les équipes se suivent et ne se ressemblent pas toujours. Les managers eux doivent s’adapter au changement, quitte parfois à faire des erreurs de jugement qui peuvent causer du tort aux membres de l’équipe aussi bien sur le plan moral que sur le plan de la productivité.

Voici les erreurs plus courantes des managers en grande distribution 

Si les erreurs font partie intégrante du métier, de manière générale, elles sont souvent les mêmes. Les erreurs forment le futur manager aguerri et sont aussi là pour se remettre en question.

Le manager en grande distribution est celui qui conduit l’action. Il est celui qui porte le drapeau. Ses responsabilités impliquent d’être constamment performant et s’assurer un service maximal auprès de son équipe pour atteindre les objectifs convenus. 

La meilleure façon de s’améliorer c’est d’être à l’écoute de ses équipes. Ce sont eux votre première ressource pour obtenir des informations, exprimer leur ressenti et donner des pistes pour le bien des autres membres de l’équipe.

Absence d’écoute et de communication

Les managers qui restent dans leur coin et qui ne soucient que d’eux dans prêter attention aux équipes existent. La première erreur commise par les managers, même les plus expérimentés, c’est le manque de communication. Si avec le temps votre équipe est parfaitement installée et autonome, cela n’empêche pas de garder une cohésion d’ensemble. Bien communiquer revêt une importance capitale.

De 1, pour recueillir et remonter de l’information et toujours trouver des axes d’améliorations pour satisfaire les besoins de chacun. 

De 2, pour descendre l’information. Moins l’information circule, plus les erreurs sont courantes. Un problème d’organisation relève souvent d’un manque de communication.

Cette communication concerne la vie en interne à tous niveaux hiérarchiques, mais touche également les prestataires externes (fournisseurs, clients, etc). 

Pour cela, le rôle du manager c’est de prendre l’information et de la diffuser de manière claire, concise, précise.

Avoir un management trop directif et donc peu participatif

C’est une des remarques qui nous remontent le plus souvent dans les commentaires sur ces sujets managériaux. Certains managers imposent au lieu de faire participer. Le rôle d’un manager est de répartir les tâches de chacun et de les déléguer autant que possible pour fluidifier l’organisation.

Si certains managers considèrent être toujours mieux servis que par eux-mêmes, le manager se doit d’accompagner, de former et de faire grandir ses équipes. Cela passe par une délégation des missions à réaliser. L’effet sur les équipes est dévastateur : manque de confiance, baisse de moral, répétition des tâches… cela entraîne souvent une perte de motivation et une baisse de la productivité. Cela nuit directement à l’atteinte des objectifs.

Déléguer n’exclut toutefois pas le contrôle. Si l’autonomie est de rigueur pour motiver les équipes, suivre les actions de chacun est primordial pour pousser l’équipe vers l’excellence.

Croire que seul l’argent motive les équipes

C’est l’une des erreurs les plus courantes. Certains managers confondant les motivations intrinsèques et extrinsèques des équipes. De nombreux recruteurs pensent pouvoir piloter la motivation des équipes par le salaire et les primes.

Or, la première source de motivation qui pousse les équipes à se lever le matin, c’est le travail en lui-même. Assurer un équilibre vie pro / vie perso, confier plus de responsabilités, proposer des formations sont autant d’éléments attendus par les équipes, autres que l’aspect financier. Aucun salarié n’aime être résumé à une fiche de paie !

Le manager en grande distribution se doit donc de faire grandir ses équipes en écoutant constamment leurs retours et d’enlever les freins qui les empêchent de progresser.

La meilleure façon c’est d’instaurer des temps de pause dans l’année pour prendre du recul et écouter ce que les employés ont à dire. Pour certains, leur rôle c’est de prendre la place du manager ! 

Ne pas assumer ses erreurs

Là encore, l’image du manager leader qui prend de haut ses équipes est révolue. Le manager de demain se doit de se montrer authentique, vrai pour entretenir une relation aussi professionnelle soit-il mais aussi amical. Les équipes détestent les managers froids, autoritaires et sans émotion vis-à-vis de leurs équipes.

Le manager se doit aussi d’assumer ses erreurs, les comprendre et bien entendu les résoudre le plus rapidement possible. L’erreur est humaine et surtout personne n’est parfait. 

En ce sens, le manager est la vitrine de l’équipe. Si c’est lui qui dicte la marche à suivre, il est aussi qui contribue au bien-être de tous pour maximiser les performances. Montrer l’exemple, faire preuve d’écoute et de bienveillance est strictement nécessaire pour mener l’équipe vers l’atteinte des objectifs.

Métier

Jonathan Le Borgne

Éditeur de Je Bosse en Grande Distribution. Passionné par la transition numérique des entreprises. Consultant, formateur et stratège en communication digitale pour la grande distribution.