Des balances intelligentes pour identifier les fruits et légumes

Jonathan Le Borgne
Jonathan Le Borgne

L’intelligence artificielle au service de la grande distribution et du confort des consommateurs : une société a conçu des caméras intelligentes capables d’identifier automatiquement des fruits et légumes. Une petite prouesse pour de grands résultats !

Vous voyez ces scènes où les clients cherchent en vain les fruits et légumes à peser ? Et si cela était bientôt de l’histoire ancienne ? C’est en tout cas le pari mené par une entreprise qui propose aux enseignes de la grande distribution des caméras à la pointe de la technologie. Le but : identifier automatiquement les fruits et légumes lors de la pesée par les consommateurs. En plus de permettre un gain de productivité et d’améliorer l’expérience client, la technologie répond également à des questions écologiques et sanitaires.

Un système de reconnaissance d’image

La société allemande IDS Imaging, leader sur le marché des caméras industrielles avec 200.000 caméras produites par an, est la première à proposer cette technologie aux enseignes de la grande distribution. Le principe est simple : des caméras positionnées au niveau des balances des rayons fruits et légumes identifient automatiquement le produit posé par le client.

Ces caméras intelligentes utilisent le traitement d’image pour faire la différence entre 120 sortes de fruits et légumes. Une prouesse rendue possible grâce à une technologie avancée d’intelligence artificielle. Le taux d’erreurs est quasi-nul : « pour les tâches de classification, l’intelligence artificielle est plus fiable que le discernement humain. Concrètement, s’il est difficile pour le consommateur ou l’agent d’accueil de distinguer entre deux variétés d’un même légume, ça ne pose pas de problème à nos caméras.», nous indique d’ailleurs Boris Duché, ingénieur commercial pour la société IDS.

À noter que les caméras ne sont pas opérationnelles de suite. Une phase d’apprentissage est au préalable nécessaire pour entraîner la caméra. Cette phase est pilotée par un référent de l’enseigne Fruits et Légumes qui va afficher des photos représentatives de chaque référence de produit : c’est ainsi que la caméra apprendra à faire la différence entre une tomate ancienne et une tomate grappe par exemple.

Pour le consommateur, s’en est donc fini de chercher en vain le produit sur l’écran de la balance. Ce dernier n’a plus qu’à poser sa sélection et à laisser faire les caméras qui vont identifier instantanément le fruit ou le légume. Le client n’a ensuite plus qu’à confirmer pour obtenir le ticket à coller sur le sachet.

5 avantages de recourir aux caméras intelligentes pour un magasin

Pour un magasin, les caméras présentent plusieurs avantages. En plus de l’intérêt sanitaire, Elles répondent à des problématiques de productivité et de réponse aux enjeux RSE.

De un, elles permettent d’éviter le suremballage. Certains produits en rayon sont en effet suremballés afin d’éviter la confusion dans l’esprit des consommateurs. Plus besoin donc d’emballer certains fruits et légumes. 

De deux, elles permettent de réduire le temps d’attente devant les balances. La reconnaissance est très rapide et réduit largement la pesée pour les clients les moins habiles face à l’écran de la balance. Un plus pour l’expérience d’achat.

De trois, elles permettent de gagner en productivité pour les magasins qui font encore le choix de peser les fruits et légumes en caisse. Là, il s’agit de déléguer cette tâche et de faire confiance lors du passage en caisse. Jusqu’à présent, dans certains magasins, c’est encore aux hôtesses de caisse d’effectuer la pesée.

De quatre, les caméras répondent à une question d’hygiène, sujet éminemment d’actualité dans cette crise sanitaire, puisque le client n’a plus à chercher et poser ses doigts sur un écran touché par d’autres clients avant lui.

De cinq, et non des moindres, elles permettent également de lutter contre la démarque inconnue. Les erreurs de pesées de la part des clients, accidentelles comme volontaires, mettent un coup d’arrêt à la fraude éventuelle. 

Digital

Jonathan Le Borgne

Éditeur de Je Bosse en Grande Distribution. Passionné par la transition numérique des entreprises. Consultant, formateur et stratège en communication digitale pour la grande distribution.