Cinq prétendants à la reprise de l'enseigne Bio C' Bon (dont Carrefour et Casino)

Jonathan Le Borgne
Jonathan Le Borgne

Parmi les potentiels repreneurs, nombreux se sont déjà manifestés pour reprendre les rênes de l’enseigne Bio : Carrefour, Casino, Biocoop, La Vie claire ou encore Picard sont en discussions.

Le mercredi 2 septembre, l’enseigne Bio C’ Bon a été placé en redressement judiciaire. En grande difficulté financière, l’enseigne est néanmoins courtisée pour une reprise rapide. Cinq offres ont déjà été déposées pour la reprise des 158 magasins de l’enseigne, la centrale d’achat, le siège, les entrepôts et 90% des 1 500 salariés. Des offres qui laissent « augurer d’une issue positive », explique Thierry Chouraqui, président de Bio c’Bon.

Cinq candidats à la reprise de Bio C’ Bon

Parmi les courtisans, des acteurs majeurs de la grande distribution sont prêts à reprendre les magasins de l’enseigne. Parmi elles, l’enseigne Carrefour qui envisagerait de reprendre TOUS les magasins et d’en convertir certains en point de vente classique.

Casino est également sur les rangs, de même que deux enseignes actuellement concurrentes sur les enseignes bio, Biocoop et La Vie Claire.

Un prétendant pourrait avoir toutefois une longueur dans les négociations. La famille Zouari, actuel actionnaire de Picard avait l’ambition de racheter Bio C’ Bon déjà bien avant le redressement judiciaire. Selon Le Figaro, les deux parties étaient même entrées fin juin en négociations exclusives.

Bio C’ Bon victime de la concurrence avec la grande distribution

Pour arriver à cette situation, l’enseigne Bio C’ Bon met en cause la concurrence des enseignes de la grande distribution sur le marché du bio. Fortement implantée dans les zones urbaines et les centres-villes, l’enseigne aurait également pâti des manifestations à répétition dans les villes de France. Les grèves contre la réforme des retraites « ont significativement affecté les centres-villes où ses magasins sont majoritairement implantés », explique d’ailleurs l’enseigne.

D’autres spécialistes affirment un autre son de cloche et expliquent que ce redressement serait aussi la cause par des erreurs de gestion de la part des dirigeants actuels.

On devrait rapidement en savoir plus les conditions de reprise de l’enseigne et quelle enseigne récupérer les magasins de l’enseigne bio.

Enseigne

Jonathan Le Borgne

Éditeur de Je Bosse en Grande Distribution. Passionné par la transition numérique des entreprises. Consultant, formateur et stratège en communication digitale pour la grande distribution.