Comment les canicules dynamisent les rayons de la grande distribution

Jonathan Le Borgne
Jonathan Le Borgne

Les épisodes de fortes chaleurs ont toujours un impact positif sur le chiffre d’affaires de la grande distribution. Sur les dernières années, les pics de chaleur enregistrés voyaient la consommation des ménages bondir toutes surfaces confondues.

La grande distribution aime les étés chauds. Ces dernières années, les épisodes de canicule ont en effet généré des chiffres d’affaires supplémentaires considérables pour les supermarchés et hypermarchés de France.

Par expériences, les ventes additionnelles lors de ces périodes sont très importantes que lors de périodes plus classiques. En 2016, la canicule avait notamment rapporté 90 millions d’euros de plus au cours de cette période.

Alors forcément, les dirigeants du secteur accueillent cette période avec enthousiasme. Les consommateurs ont tendance à se ruer dans les centres commerciaux pour aller chercher de la fraîcheur. Si le port du masque cette année peut être un frein à fréquenter les commerces, la consommation, elle, ne devrait que bondir.

L’autre effet direct des fortes chaleurs sur la grande distribution, ce sont les performances des magasins saisonniers. Situés en bord de côté, ils bénéficient de l’afflux de touristes présents. Les enseignes de Système U et Intermarché, solidement implantés sur les littoraux, devraient permettre aux enseignes de gagner des parts de marché sur la période de juillet-août.

Certains rayons en forte croissance durant les fortes chaleurs

Parmi les rayons plébiscités par les clients, ceux des liquides et des surgelés sont pris d’assaut et tirent profit de cette météo. Généralement, les épisodes de canicule permettent de voir s’envoler les ventes de glaces en bac, les bâtonnets ou cornets. Les rayons liquides voient les eaux en bouteilles, des sirops ou encore des concentrés d’agrumes dévalisés.

Même constat du côté des rayons frais et épicerie où les salades les sauces fraîches, thon, poissons fumés, les fromages de type mozzarella et feta voient leur vente augmenter fortement.

Même les rayons DPH voient leur chiffre s’envoler avec notamment les produits et accessoires susceptibles de rafraîchir le corps ou de protéger du soleil. C’est notamment le cas des produits solaires et des indispensables Brumisateurs.

Du côté des rayons bazars, les ventes de climatiseur, mobiles comme fixes, sont largement accélérées par les fortes températures. Des pénuries sont même souvent constatées. Il faut savoir que seulement 5% des Français en sont équipés.

Enseigne

Jonathan Le Borgne

Éditeur de Je Bosse en Grande Distribution. Passionné par la transition numérique des entreprises. Consultant, formateur et stratège en communication digitale pour la grande distribution.