En difficulté, l’enseigne Cora prévoit de supprimer plus de 1000 emplois dans les prochains mois

Jonathan Le Borgne
Jonathan Le Borgne

Les plans sociaux se multiplient au sein des acteurs de la grande distribution. Après Carrefour, Auchan, Casino, c’est maintenant l’enseigne Cora qui devrait bientôt présenter un nouveau plan social pour pallier aux difficultés financières.

Ce sont 1077 emplois qui sont menacés de disparition. Cora, qui en est à son troisième plan social en deux ans, précise que ce plan est une réponse au rejet d’un projet interne visant à redéfinir les postes actuels réclamant plus de flexibilité et de polyvalence pour les salariés de l’épicerie, du non-alimentaire et des caisses.

Si la CFTC a accepté ce pacte, ce n’est pas le cas de la CGT et la CFE-CGC. L’annonce officielle n’a pas encore été formulée, les syndicats précisent qu’un accord aurait déjà été négocié. 

Les hypermarchés Cora en péril

Comme les autres enseignes intégrés, le modèle de l’hypermarché est en difficulté. Cora n’est pas épargnée par ces changements de comportement des consommateurs qui désertent ces anciens temples de la consommation. Le groupe possède aujourd’hui 61 hypermarchés et compte 16 500 salariés.

Acteur discret du marché, Cora ne parvient pas à répondre aux difficultés. La suppression d’emplois est un mal nécessaire.

8000 postes supprimés depuis 2009

L’enseigne qui en est à son troisième plan social en deux ans précise qu’elle a déjà supprimé déjà 8000 emplois depuis 2009. 

La CGT insiste que le groupe n’a pas de “réelles difficultés financières” puisque l’enseigne a bénéficié de “20 millions d’euros de CICE ou d’exonération de charges sociales par an”. “Il y a une baisse de chiffre d’affaires mais Cora est toujours bénéficiaire et préfère servir les actionnaires” explique Julien Aquilina.

Enseigne

Jonathan Le Borgne

Éditeur de Je Bosse en Grande Distribution. Passionné par la transition numérique des entreprises. Consultant, formateur et stratège en communication digitale pour la grande distribution.