Snooze, pour un petit déjeuner éco-responsable et solidaire

Jonathan Le Borgne
Jonathan Le Borgne

Depuis 2 ans, Théodore Chastel mise sur des céréales plus gourmandes et saines. Très engagé sur l’écologie et les rapports humains, il s’évertue à plaider pour un autre mode de consommation. Un engagement qui n’a pas de prix.

Chez Snooze, on s’emploie à prendre soin de la planète par la prise d’un bon petit déjeuner. Proposant 8 recettes à base de flocons d’avoine, parmi lesquelles figure des granola, muesli ou porridge, la startup parisienne mise en effet sur l’une d’entre elles, représentative de la marque.

La tête de gondole chez Snooze, c’est la baie de goji graines de chia. Plébiscité du public, cette recette possède des apports énergétiques, nutritionnels et en protéines très vertueuses, en partie grâce à leurs ingrédients. Et pour élargir sa cible, la startup mise aussi sur sa communication. Elle peut en effet se targuer d’avoir élaboré ses recettes avec des chefs pâtissiers et des nutritionnistes pour essayer de trouver la balance entre d’un côté la gourmandise et de l’autre les apports nutritionnels. Pour se rapprocher encore plus de ses consommateurs, Théodore Chastel et Snooze comptent ramener davantage de produits en France, par la signature de partenariats avec des producteurs ou des coopératives. Outre la baie de goji graines de chia, il existe d’autres produits forts, comme les cranberries noix de coco ou le granola écorces de citron pistaches.

Menu éco-responsable : Agriculture bio, sachets compostable et vélo !

Pour être crédible, il faut répondre aux besoins du consommateur, et parmi ceux-ci, celui de l’éco-

responsabilité. C’est pour cela que la jeune startup parisienne, par la voix de son fondateur tient à

participer à son échelle à cet effort, notamment sur l’agriculture biologique. « Les consommateurs veulent du local, et pas des produits venant de l’autre bout du monde, sans savoir le processus de développement, avec quelles normes ». Ces produits locaux, certifiés agriculture bio sont désormais introduits dans des sachets compostable à domicile, plus fin, tels des sachets de bonbons. Cette finesse nécessite cependant un apport supplémentaire de protection. Théodore a dû rajouter un étui en carton autour, recyclable, pour éviter la destruction de ce sachet, certes écologique mais très fragile. Il en est d’ailleurs certain, les industriels s’engageront également dans cette voie, ce n’est qu’une question de temps. « Je suis assez confiant sur le fait que dans les années à venir, le sachet compostable comblera son retard car l’enjeu écologique est l’affaire de tous. S’il devient plus hermétique grâce aux recherches et technologies développées pour, alors les industriels passeront tous à cette étape ».

Fin de cette boucle, la livraison. Basée à Paris et livrant dans ce secteur, Snooze lutte contre la pollution malheureusement récurrente dans la capitale. Pour cela, elle livre ses clients parisiens en vélo, moyen de transport responsable et pas moins rapide, lorsque l’on regarde les embouteillages, eux aussi fréquents. Ces actions, certes petites, représentent, quand elles sont additionnées, une véritable volonté de changer les mentalités et la société. Cette participation aboutit au soutien de l’association Surfrider, luttant pour la préservation des littoraux et des océans. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que du côté associatif, Snooze en connaît un rayon.

Consommer Snooze, c’est aussi faire une bonne action

Outre la partie éco-responsable, la marque Snooze s’engage pour la solidarité, en collaboration avec le monde associatif. Au-delà de la consommation, c’est l’acte citoyen, humain et solidaire que la marque parisienne souhaite développer. Cela s’est concrétisé par des illustrations colorées d’associations sur les boîtes métalliques de la marque dans le but de reverser 1 euro à ce mouvement de solidarité. Parmi les associations partenaires, figure en tête l’humanitaire, à l’image de Théodore Chastel. Snooze travaille en effet avec Solidarité International, oeuvrant en Afrique en soutien de la population face à des catastrophes naturelles, des conflits armés ou dans l’apport d’eau potable sur un continent qui en manque cruellement. Imagine for Margo et Rêve d’Enfance sont aussi dans ce panel. La première s’engage dans la recherche contre le cancer chez les enfants, la seconde permet à des enfants malades de partir en croisière.

Aujourd’hui, beaucoup de startups, de marques reversent 1% de leur chiffre d’affaires au profit

d’associations caritatives, cependant, peu savent où va vraiment cet argent, et à quoi il est destiné. Chez Snooze, on a choisi de modifier quelque peu la méthode en permettant au client de choisir pour qui il compte participer. « On a envie de dire au consommateur : voilà ! J’achète ce produit, mais je vais pouvoir sélectionner le projet que je souhaite soutenir. Construction d’un hôpital, aide alimentaire, don à un orphelinat ou autre. C’est quelque chose qui peut être intéressant voire ludique ». L’idée étant de pouvoir aider davantage d’associations, et de manière plus régulière. Grâce aux nouveaux paquets distribués en grande distribution, les consommateurs vont pouvoir choisir l’association qu’ils voudront soutenir après avoir scanné le QR code. Cette initiative occasionnera un don de 10 centimes par produit Snooze acheté. « la France a beaucoup de chance en matière d’innovation, et les gens attendent d’être plus proche des marques, de mieux comprendre leurs engagements » rappelle Théodore Chastel. Alors n’attendez plus, consommez Snooze !

Food

Jonathan Le Borgne

Éditeur de Je Bosse en Grande Distribution. Passionné par la transition numérique des entreprises. Consultant, formateur et stratège en communication digitale pour la grande distribution.