La photo de cet homme handicapé voulant accéder à un supermarché témoin de l'individualisme des américains

Jonathan Le Borgne
Jonathan Le Borgne

La puissance de l’image. Sur Reddit, une image montrant un handicapé voulant accéder à un supermarché fait le tour des réseaux sociaux. Ce dernier est bloqué sur son passage par des caddies laissés à l’abandon, signe de la « paresse » des consommateurs américains.

L’image est forte. Sur le réseau social Reddit, une image circule largement sur les réseaux sociaux depuis quelques heures. La scène monte un client handicapé souhaitant rejoindre l’entrée du supermarché. Or, celui-ci est bloqué par des caddies laissés à l’abandon sur son passage.

« Une image puissante montrant  la paresse des gens et comment elle affecte les autres » : tel est titré cette photo sur le réseau social. Le regard est complété au premier plan par une poussette avec un enfant en bas âge.

La photo a déjà suscité plus de 5500 commentaires. Cette photo pourrait être le témoin de l’individualisme des Américains selon les commentaires que l’on peut lire sous le post : « le problème c’est que la plupart des Américains ne se soucient pas de savoir si leurs actions affectent négativement les autres. Vous le voyez à plus grande échelle avec le Covid19 et ici dans un magasin. C’est triste, mais vrai », regrette un consommateur américain.

Aux États-Unis, l’accès aux caddies ne nécessite pas de pièce 

Dans les discussions, les internautes sont plus ou moins révoltés : « remettre son caddie à son endroit relève de la responsabilité de chacun. Les gens qui ne le respectent pas ne valent pas plus que des animaux », s’exclame l’un d’eux. Repose son caddie ne semble pas un réflexe pour tous les consommateurs américains.

Contrairement aux États-Unis, en France et en Europe les caddies ne sont pas accessibles librement. Nul besoin d’insérer une pièce de monnaie de 1 ou 2 euros. Dans les commentaires, on peut lire qu’abandonner un caddie n’est pas illégal. « L’Amérique doit apprendre de l’Europe », réclame un internaute, « nous devons obliger à une pièce de 1 ou 2 euros pour libérer le chariot afin de forcer les gens à les retourner à l’endroit où ils l’ont pris ». 

Cette initiative n’est pas sans rappeler que cela responsabilise les consommateurs à ramener leur caddie : « les Américains sont bien trop égoïstes pour mettre en œuvre un système comme celui-ci. C’est la terre de l’individualisme », ironise un autre internaute.

Enseigne

Jonathan Le Borgne

Éditeur de Je Bosse en Grande Distribution. Passionné par la transition numérique des entreprises. Consultant, formateur et stratège en communication digitale pour la grande distribution.