La psychose du coronavirus gagne le caddie des consommateurs (et certains font des réserves)

Jonathan Le Borgne
Jonathan Le Borgne

La psychose autour du coronavirus est-elle en train de gagner les caddies des consommateurs ? À en croire les enseignes de la grande distribution, l’impact est réel sur les ventes. Le riz, les pâtes, les conserves… les produits de première nécessité sont en première ligne.

Face à l’arrivée du virus le territoire français, la panique s’installe au point que certains clients ont décidé de s’approvisionner dans les supermarchés.

Les premières ruptures de stocks dans les rayons pointent le bout de leur nez. Face à des clients visiblement préoccupés par la menace du virus, les enseignes de la grande distribution précisent que les ventes de certains produits ont largement décollé. Dans les régions comme l’Oise et les Alpes-Maritimes, les effets sont en tout cas réel.

Cette semaine on observe une explosion du drive : là où on avait des progressions à 10 ou 15% c’est passé à 30%

Thierry Cotillard, président d’Intermarché et de Netto sur RTL

Des consommateurs paniqués qui s’activent

Ainsi, les produits de première nécessité figurent parmi les plus demandés : les pâtes, le riz, les conserves, l’huile… Un des membres de la communauté explique même : « Je gère le rayon pâte, riz, huile…. Un truc de fou. À peine je mettais en rayon, c’était vidé en un peu record ».

« On se fait dévaliser… Que ce soit les pâtes, les conserves, le papier-hygénique »

Autre effet : les consommateurs semblent privilégier le drive afin d’éviter les contacts humains. Le drive est un outil de réponse à la méfiance des consommateurs.

Pour

« Pâtes riz farine conserves…. On a explosé tout nos records sur vendredi et samedi. Du coup on est tous complètement HS. Le virus les rend fou ! » explique Lauriane.

Des ruptures de stocks sur les gels hydro-alcooliques

La ruée sur certains produits est réelle. Et il n’y a pas que les produits de premières nécessité qui sont concernés. « Dans mon magasin, et pharmacie de la galerie marchande, nous sommes en rupture totale de masques et gels hydro-alcooliques »… « On a multiplié les ventes 5 cette semaine complète ». Cédric

Ces situations inclut des situations presque inédites : « j’ai vu un couple avec un caddie qui débordait faire leur course avec des gants en plastiques  » assure même Patricia sur la page Facebook. 

Dans la grande distribution spécialisée, les consommateurs affluent également : « Je bosse dans un magasin de bricolage et on est en train de battre des records de vente de masques, qui sont totalement inutiles contre les microbes puisque ce sont des masques antipoussières ! » raconte même Magali.

Des mesures de précautions entre salariés

Du côté des professionnels, les mesures de précautions s’infiltrent dans les rayons :« Nous on a des recommandations : on ne doit plus se faire la bise entre employés et on est également obligé de se laver les mains régulièrement ».

Enseigne

Jonathan Le Borgne

Éditeur de Je Bosse en Grande Distribution. Passionné par la transition numérique des entreprises. Consultant, formateur et stratège en communication digitale pour la grande distribution.