Le gaspillage alimentaire : un gouffre financier et écologique expliqué en chiffres (et quelques pistes pour agir)

Jonathan Le Borgne
Jonathan Le Borgne

30 kg d’aliments et 100€ à la poubelle chaque année : c’est le gaspillage alimentaire des Français chaque année.

Du champ à la poubelle, en passant par les supermarchés et bien sûr l’assiette, le gaspillage est partout. État des lieux et pistes d’action pour tendre vers le zéro gâchis.

Gaspiller la nourriture, un problème financier, écologique et éthique

30 kg d’aliments et 100€ à la poubelle chaque année. D’après l’ADEME, c’est ce que représente le gaspillage alimentaire d’un Français chaque année. Et parmi ces déchets alimentaires, 7 kg sont jetés emballés. Au total, cela représente 18 milliards de repas par an (alors que selon le Secours Populaire 20% des Français ne mangent pas à leur faim)

Si l’on considère le gaspillage global du champ à l’assiette, les chiffres sont encore plus impressionnants : 280 kg par personne et par an en Europe, d’après une étude de 2011 de l’agence de l’ONU dédiée à l’alimentation.

L’impact pour l’environnement est lui aussi gigantesque. 3% des émissions de CO2 en France sont dues au gâchis alimentaire. Comme nous, vous souhaitez agir ? Déjà faudrait-il savoir ce qu’on entend par gaspillage alimentaire.

Mais au fait, qu’est-ce que le gaspillage alimentaire ?

Il s’agit de « toute nourriture destinée à la consommation humaine qui, à une étape de la chaîne alimentaire, est perdue, jetée, dégradée » selon la définition arrêtée en 2013 à l’occasion du Pacte national de lutte contre le gaspillage alimentaire.

Production des matières premières, transformation, transport, distribution, consommation. À chaque étape de la chaîne alimentaire, du champ à la poubelle, il y a du gâchis.

La différence entre gaspillage et déchet alimentaire ? Les déchets alimentaires comprennent notamment les os, les coquilles d’oeufs, les peaux de bananes, etc. Le gaspillage, lui, est évitable. Et il concerne les fruits et légumes autant que les produits emballés.

Le top 3 des aliments les plus jetés par les Français

Une étude de l’ADEME datant de 2016 détermine les aliments les plus jetés ou perdus en France :

  1. les légumes représentent 25% du total,
  2. les fruits, 18%,
  3. le pain, 15%.

Le reste concerne les plats préparés, la viande, le fromage etc.

En allant décortiquer les poubelles des Français et des commerçants et restaurateurs, l’association France Nature Environnement présente le gaspillage alimentaire des Français de la façon suivante :

  • 24% restes des repas,
  • 24% fruits et légumes,
  • 20% produits entamés.

Mais peu importe la méthode de classement : nous jetons en énorme quantité des produits auxquels nous n’avons même pas touché (fruits, légumes, produits emballés), et des restes de repas prévus en trop grande quantité. Des réflexes simples à adopter peuvent pourtant changer la donne.

Tendre vers le zéro déchet et le zéro gâchis, c’est possible !

Avant de faire vos courses, en magasin, puis en cuisine : à chaque étape vous pouvez limiter votre gaspillage de nourriture.

Avant de faire vos courses, prenez un papier et un crayon (ou votre smartphone, à vous de voir) et notez les menus de la semaine et la liste de courses correspondante. Une fois en magasin, vérifiez les dates de péremption, et veillez à n’acheter que ce dont vous avez réellement besoin (quoi, je succombe aux super promos, moi ? Noooon). Et puis, pensez à acheter en dernier les produits frais et surgelés.

Un fois de retour chez vous, veillez à bien conserver vos aliments. Les produits qui se périment bientôt seront en bonne place juste sous vos yeux à l’ouverture du frigo.

Vous vous apprêtez à cuisiner ? Ajustez les portions, et gardez les restes pour un futur repas !

Pour vérifier la validité de ces recommandations, l’ADEME, avec des associations de consommateurs, a mis en place le défi zéro déchet. 243 familles françaises ont joué le jeu et réduit leur gaspillage alimentaire de 59% ! Épaulés par des pros du zéro gâchis, ces foyers ont vu leurs déchets alimentaires passer de 25 à 10 kg par personne et par an.

Mais les consommateurs sont-ils seuls responsables de ce gâchis ? Bien sûr que non. Pour le réduire, il est essentiel de remonter la chaîne… par exemple jusqu’à la grande distribution.

La grande distribution prend ses responsabilités dans le gaspillage alimentaire

14% du gaspillage de nourriture en France est du fait de la grande distribution.

Alors le 11 février 2016, la loi Garot venait interdire aux supermarchés de plus de 400 m2 de jeter de la nourriture et de rendre les invendus impropres à la consommation. 

Et les enseignes se sont organisées. Parfois accompagnées par des solutions telles que Phénix ou Too Good to Go, elles optimisent commandes et stocks, proposent des remises importantes sur les produits dont la date de péremption approche. Et en fonction de leur nature, les invendus alimentaires sont remis à des associations caritatives partenaires ou servent à l’alimentation animale.

La route est encore longue. Mais des magasins engagés et coachés dans leur démarche atteignent même le zéro déchet alimentaire ! Une manière de renforcer leur utilité sociale, motiver les salariés… et économiser sur le traitement des déchets.

Retrouvez ici l’ensemble des podcasts Tête(s) de Gondole.

RSE

Jonathan Le Borgne

Éditeur de Je Bosse en Grande Distribution. Passionné par la transition numérique des entreprises. Consultant, formateur et stratège en communication digitale pour la grande distribution.