👉 Rejoignez l'Espace Pro, une plateforme unique pour les professionnels du marketing du monde du commerce. Plus d'infos

💬 Interview avec RafaĂ«l Lefevre : « c’est important que les magasins s’expriment Ă  l’échelle locale »

Dans cette interview, j’accueille Rafael Lefevre, account manager chez Facebook et notamment en charge du retail. 

Jonathan Le Borgne
Jonathan Le Borgne

J’avais Ă  cƓur de recevoir RaphaĂ«l Lefevre, account manager chez Facebook, et dont le rĂŽle au sein du rĂ©seau social est d’accompagner les enseignes vers la transition numĂ©rique. Dans cet Ă©change passionnant, il me confie le rĂŽle de Facebook au niveau national, les stratĂ©gies nationales et la nĂ©cessitĂ© de dĂ©ployer des efforts au niveau local. RafaĂ«l nous explique Ă©galement les grandes fonctionnalitĂ©s et orientations Ă  venir sur Facebook pour l’annĂ©e en cours.

Car le rĂ©seau social n’est pas juste une plateforme sur laquelle les internautes interagissent. Il y a aussi une Ă©quipe qui conseille, forme, analyse les bonnes pratiques pour enrichir les rĂ©flexions.

Interview Rafael Lefevre, account manager chez Facebook

Rafael Lefevre, comment Facebook accompagne la grande distribution dans sa digitalisation | Ausha
Entretien avec Rafael Lefevre, client partner chez Facebook.Un Ă©change passionnant avec un regard nouveau, celui de Facebook, qui, derriĂšre le rĂ©seau social qu’on connaĂźt tous, est un conseil de choix auprĂšs des dĂ©cideurs pour les accompagner dans leur transformation numĂ©rique et la digitalisation 


Jonathan Le Borgne : Facebook au-delĂ  du rĂ©seau qu’on connaĂźt Ă  un rĂŽle au niveau des stratĂ©gies nationales, mais est-ce que vous avez aussi un rĂŽle au niveau de la communication locale ? Par exemple Leclerc, ils ont aussi des stratĂ©gies en interne pour dĂ©ployer de la visibilitĂ© localement.

RafaĂ«l Lefevre : Oui, c’est une trĂšs bonne question. On n’est pas Ă©quipĂ©s aujourd’hui pour vraiment s’adresser Ă  une Ă©chelle extrĂȘmement granulaire aux magasins ou Ă  la rĂ©gion. On n’est pas assez nombreux pour ça, ça nĂ©cessite d’avoir du temps humain pour pouvoir Ă©changer avec toutes ces personnes mĂȘme si c’est souvent Ă  cette Ă©chelle-lĂ  que c’est aussi trĂšs intĂ©ressant de voir ce qui se passe.

La maniĂšre aujourd’hui dont on accompagne, c’est bien sĂ»r sur la stratĂ©gie nationale dans un premier temps, mais bien sĂ»r le national s’intĂ©resse par dĂ©faut Ă  ce qui se passe au local. Du coup, des stratĂ©gies locales sont mises en place, et c’est lĂ  aussi oĂč l’on fait un accompagnement sur des partenaires avec lesquels travailler, rendre les choses scalables. Ou alors, si on a des initiatives ad hoc, nouvelles sur une certaine rĂ©gion pour une enseigne en particulier, on peut aller un peu plus loin et passer du temps dessus parce que c’est nouveau, ça n’a pas Ă©tĂ© testĂ© ailleurs.

Il vous faut un accĂšs membre "gratuit" pour lire cet article

S’abonner

Vous avez déjà un compte? Se connecter